•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kimveer Gill conduit à son dernier repos

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les funérailles de l'auteur de la fusillade du collège Dawson ont lieu le même jour que celles de sa victime.

Les funérailles de Kimveer Gill, l'auteur de la fusillade du 13 septembre au Collège Dawson, ont eu lieu mardi dans un temple sikh de Dollard-des-Ormeaux. Les représentants des médias ont été tenus à l'écart de la cérémonie qui a attiré une foule modeste.

Seuls quelques invités ont pu assister à la célébration.

Kimveer Gill, âgé de 25 ans, a pris d'assaut le Collège Dawson, à Montréal, mercredi dernier. Il a ouvert le feu dans l'atrium de l'établissement tuant une jeune femme de 18 ans, Anastasia De Sousa, dont les funérailles ont également eu lieu mardi. Cette aînée d'une famille de trois enfants venait d'entreprendre des études en commerce international.

Inconnu des autorités policières, le jeune homme de Laval a aussi blessé 19 personnes, 7 d'entre elles sont toujours hospitalisées dont deux à l'unité des soins intensifs.

La lecture de son journal personnel, laissé sur Internet, permet de dresser le portrait d'un individu sombre, vivant dans un profond malaise. Sur son blogue contenant plusieurs photos où on le voit, habillé de noir, brandir l'air menaçant tantôt un fusil d'assaut, tantôt un poignard, Kimveer Gill parle abondamment de son mal-être.

Le jeune Lavallois, décrit par sa mère comme un homme doux, possédait trois armes à feu: un Beretta Cx4 Storm semi-automatique, un fusil de calibre 12 et un Glock 45. Les trois armes étaient légalement enregistrées à son nom.

Kimveer Gill a longuement décrit sur Internet sa haine de la société, des gens normaux, des « sportifs », des policiers qui, selon lui, le surveillaient depuis des mois.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.