•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Guy Fournier démissionne

Radio-Canada

Après avoir soulevé la controverse notamment avec ses propos sur le Liban, le président du conseil d'administration de la société d'État quitte ses fonctions.

Le président du conseil d'administration de Radio-Canada, Guy Fournier, a remis sa démission à la ministre du Patrimoine canadien, Beverley Oda, mardi.

Cette démission a immédiatement pris effet. Aucun successeur n'a encore été nommé par le premier ministre. Les fonctions libérées par Guy Fournier seront remplies de façon intérimaire par le président-directeur général de la société d'État, Robert Rabinovitch, conformément à la Loi sur la radiodiffusion.

M. Fournier avait soulevé la controverse en écrivant, dans le magazine d'actualité artistique 7 jours du 9 septembre, qu'au Liban, « la loi permet aux hommes d'avoir des relations sexuelles avec des animaux à condition qu'il s'agisse de femelles! Faire la même chose avec des bêtes mâles peut entraîner la peine de mort ». Or, ces allégations sont fausses.

Démission acceptée

Répondant en Chambre à une question d'un député bloquiste au sujet de l'incident, la ministre Oda a d'abord tenu à rappeler que c'est le précédent gouvernement libéral qui avait procédé à la nomination de M. Fournier. Soulignant qu'il n'avait plus la confiance de son gouvernement, elle a annoncé du même souffle avoir reçu « la démission volontaire de M. Fournier ».

À la suite de la publication du texte controversé, Mme Oda avait demandé à Guy Fournier de se rétracter et de « réfléchir à la responsabilité et au rôle qu'il joue à titre de président du conseil de CBC/Radio-Canada ».

« Cette inexactitude est troublante parce que M. Fournier est journaliste », avait déclaré la ministre, qui faisait valoir que M. Fournier était tenu de « respecter le plus haut degré de précision » et de crédibilité en tant que dirigeant d'une « organisation sur laquelle comptent les Canadiens pour obtenir de l'information exacte ».

La ministre avait cependant affirmé qu'elle n'imposerait pas de sanction à M. Fournier si ce dernier réagissait « de façon responsable » à la controverse.

La goutte de trop

La semaine dernière, M. Fournier a été invité à s'expliquer à Tout le monde en parle, émission de divertissement populaire diffusée à Radio-Canada, dimanche, devant plus de 1 million de téléspectateurs.

L'homme a présenté en ondes ses excuses au peuple libanais et a annoncé qu'il suspendait toutes ses autres activités pour ne se consacrer qu'à la présidence du conseil de Radio-Canada.

Cela dit, sa présence sur le plateau a égratigné encore sa crédibilité plutôt qu'elle ne l'a polie. On y a réentendu une entrevue qu'il avait accordée, il y a quelques mois, à une radio communautaire, notamment. Il y commentait la jouissance de la défécation.