•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trop-plein d'enseignants

Radio-Canada

La baisse de la natalité pourrait forcer Québec à abolir plus de 3000 postes d'enseignants d'ici 2008.

Depuis plusieurs années, les démographes annoncent le déclin de la population québécoise, et, selon les prévisions du ministère de l'Éducation du Québec, ce déclin pourrait frapper durement les rangs des enseignants.

En effet, La Presse soutient que le réseau public francophone en aura 2025 de trop pour le primaire d'ici septembre 2008. Au secondaire, ce sont 1255 postes qui devront être abolis à cette même date.

« Pour l'instant, les surplus d'enseignants ne sont pas en grande quantité, mais ce sera un problème au cours des prochaines années », explique au quotidien le directeur des relations de travail à la Fédération des commissions scolaires, Bernard Tremblay.

Cette année, en fait, il y a eu une baisse de 16 000 élèves dans les classes du primaire au Québec par rapport à l'an dernier. Les démographes craignent que d'ici cinq ans le réseau du primaire ne perde plus de 85 000 élèves.

Les syndicats d'enseignants montréalais craignent, eux, que l'impact de la dénatalité ne soit aggravé par l'attrait grandissant pour le privé et la migration vers les banlieues, ce qui forcerait nombre de jeunes enseignants à quitter la métropole pour aller eux aussi vers les banlieues.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.