•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moins de demande que prévu

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'OPEP annonce des prévisions à la baisse pour les besoins mondiaux, tant pour cette année que pour 2007.

La consommation de pétrole a été en deçà des prévisions de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) dans les six premiers mois de 2006.

Par conséquent, l'association a annoncé qu'elle abaissait de 200 000 barils par jour sa prévision de la demande mondiale de pétrole pour cette année. Celle-ci s'établit maintenant à 28,9 millions de barils par jour. Sa prévision pour 2007 est aussi réduite de 800 000 unités, à 28,1 millions de barils par jour en moyenne.

Cette baisse survient malgré une accélération de la croissance économique mondiale en 2006. Le produit intérieur brut mondial doit en effet augmenter de 5,1 % cette année.

Par contre, la consommation d'essence aux États-Unis augmente moins vite que prévu. Par exemple, la demande n'a augmenté que de 0,7 % cet été chez les Américains.

Les pays en développement contribuent cependant à 92 % de la hausse de la demande mondiale cette année, souligne l'OPEP. La demande en Chine, par exemple, pourrait bondir de 8,3 % d'ici la fin de l'année.

Par ailleurs, l'Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) rapportait déjà que les besoins en pétrole pour une production donnée avaient chuté de moitié depuis 1970, soit une baisse moyenne annuelle de 2,3 %. D'après l'OPEP, les prix élevés du brut devraient faire persister cette tendance au cours des prochaines années.

Le cartel pétrolier a dit souhaiter maintenir une offre et une demande en équilibre, à des prix raisonnables pour les producteurs et les consommateurs. Enfin, l'OPEP a indiqué que la production à Prudhoe Bay, en Alaska, arrêtée en raison de l'érosion d'un oléoduc, pourrait repartir plus tôt que prévu.

Le prix du brut était plutôt stable, vendredi, sur les marchés. En début d'après-midi, il atteignait 63,30 $US à New York.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.