•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rencontre «constructive»

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le haut représentant de l'UE pour la politique extérieure, Javier Solana, et le principal négociateur iranien, Ali Larijani, ont discuté samedi soir de la question nucléaire iranienne. Ils entendent poursuivre leurs entretiens dimanche.

Le négociateur en chef iranien et le haut représentant de l'Union européenne pour la politique extérieure ont qualifié de constructives leurs discussions de samedi soir à propos du nucléaire iranien. Ils devraient poursuivre la discussion, dimanche, dans la capitale autrichienne.

La rencontre entre Ali Larijani et Javier Solana constitue un effort de dernière minute pour empêcher l'escalade dans la crise entourant le refus de Téhéran de suspendre, comme le lui demandait le Conseil de sécurité, ses activités d'enrichissement d'uranium.

En refusant l'ultimatum fixé à la fin août, l'Iran s'est exposé à de possibles sanctions de l'ONU. Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité et l'Allemagne, qui proposaient une coopération économique à l'Iran en échange de l'abandon du programme nucléaire, ont retiré leur offre.

« Nous avons eu de longs entretiens avec M. Solana [...], nous avons discuté d'une série de questions, contenues en quelque sorte dans l'offre faite par les Européens ainsi que la réponse donnée par l'Iran », a déclaré le négociateur iranien Larijani au sortir de la rencontre, qui a duré trois heures.

« Nous avons eu des entretiens satisfaisants et constructifs, nous avons réalisé des progrès dans certains domaines et nous continuerons demain », a encore dit M. Larijani.

Javier Solana, qui a un mandat du Conseil de sécurité, avait déclaré, vendredi, que l'ONU n'imposerait pas de sanctions à l'Iran tant que les discussions se poursuivraient. Les États-Unis, pour leur part, réclament qu'une résolution du Conseil prévoyant des sanctions soit élaborée dès cette semaine.

Téhéran dit vouloir enrichir de l'uranium à des fins pacifiques, mais plusieurs pays occidentaux soupçonnent l'Iran de chercher à se doter de l'arme nucléaire.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.