•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les machines à pluie sont de retour dans la région

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Pour les besoins de son film sur les machines à pluie, utilisées dans les années 50 au Lac-Saint-Jean pour produire de la pluie artificielle, le cinéaste Claude Bérubé a fait fabriquer des machines comme celle de l'époque et compte s'en servir.

Un documentaire, produit par l'Office national du film, est présentement tourné au Lac-Saint-Jean sur les machines à pluie, utilisées dans les années 50 dans la région pour produire de la pluie artificielle. Le film, qui sera diffusé à la télévision en janvier prochain, lèvera le voile sur ces expériences scientifiques réalisées par le gouvernement du Québec pour remplir les réservoirs hydroélectriques de Manouane et de Chutes-des-Passes.

Pour les besoins de son film, L'incroyable histoire des machines à pluie, le cinéaste Claude Bérubé a fait fabriquer des machines comme celle de l'époque et compte bien les utiliser avant la fin septembre. Celles-ci fonctionnent au sol grâce à un générateur de gaz propane alimentant un petit brûleur muni d'une mèche qui, allumée, transforme en fumée une substance composée d'iodure d'argent, substance qui a pour effet de crever les nuages. Claude Bérubé ne voudrait surtout pas que son expérience soit compromise. Il refuse par conséquent de préciser quand elle sera réalisée, ni à quel endroit.

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean a fait l'objet d'ensemencement des nuages pendant plusieurs années. Au début des années 60, la population régionale s'était même mobilisée pour protester contre le mauvais temps, un mouvement appelé l'Opération parapluie. Des mères de famille avaient entre autres réclamé au gouvernement du Québec, par voie de pétition, des vitamines pour leurs enfants, à cause du manque de soleil.

Le gouvernement a toutefois nié l'existence des machines à pluie jusqu'en 1965, date à laquelle le ministre des Ressources naturelles du Québec de l'époque, René Lévesque, ordonne de cesser toute activité de production artificielle de pluie dans la province. Puis en 1970, le Québec adopte une loi accordant, sous certaines conditions, des certificats qui permettent la provocation artificielle de la pluie.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.