•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ben Laden et le FBI

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.



Ben Laden et le FBI

« 

Comment se fait-il que la fiche du FBI sur Oussama ben Laden ne mentionne pas qu'il est recherché pour les événements du 11 septembre?
- Éric Beauchamp, de Mascouche
 »


Disons tout d'abord que le chef du réseau Al-Qaïda figure sur la liste des 10 fugitifs les plus recherchés par le FBI et qu'il est en outre le terroriste le plus recherché. La fiche le concernant indique: « Oussama ben Laden est recherché relativement aux attentats à la bombe perpétrés le 7 août 1998 contre les ambassades des États-Unis à Dar es-Salam, en Tanzanie, et à Nairobi, au Kenya. Ces attaques ont tué plus de 200 personnes. En outre, Ben Laden est soupçonné relativement à d'autres attaques terroristes dans le monde. »


La fiche a été mise à jour à l'automne 2001: la récompense offerte pour la capture de Ben Laden est passée de 10 à 25 millions de dollars. On n'y trouve toutefois aucune référence à l'acte terroriste le plus meurtrier et le plus médiatisé de l'histoire, ce qui, il est vrai, est surprenant. Plusieurs y ont vu une preuve de la « théorie du complot », selon laquelle le gouvernement américain est lui-même derrière les attaques. Cette omission a été largement diffusée sur Internet au printemps 2006. Un article du « Muckraker Report », en juin 2006, indiquait qu'un porte-parole du FBI, Rex Tomb, lui avait avoué que le FBI ne détenait aucune preuve tangible reliant Oussama ben Laden aux attentats du 11 septembre.


En entrevue, M. Tomb, chef des communications d'enquête, Section des affaires publiques du FBI, nous a plutôt parlé d'un « grand malentendu » et a affirmé qu'il n'avait aucunement l'intention de donner cette impression.


En fait, si la fiche du FBI exclut toute référence aux attentats du 11 septembre, c'est tout simplement parce qu'il se conforme aux dossiers du département de la Justice des États-Unis. Or, le département n'a porté aucune accusation formelle contre Ben Laden dans cette affaire. M. Tomb nous a donc invités à nous adresser au département de la Justice américain, ce que nous avons fait. La porte-parole du ministère a répété qu'il était « le terroriste le plus recherché », mais a affirmé « ne pas pouvoir commenter » cette omission. Du côté du FBI, on nous dit que cela n'est pas inhabituel.


Pierre Robert, professeur au département de sciences politiques et de droit de l'UQAM ne s'en surprend pas non plus. « Techniquement, les autorités américaines peuvent arrêter Oussama ben Laden en vertu des mandats d'arrestation déjà lancés contre lui », explique-t-il. « Le département de la Justice a sans doute déjà analysé la preuve, mais ne veut rien révéler pour l'instant. Ce n'est pas nécessairement parce que la preuve est mince. J'ai toutefois l'impression que la preuve technique n'est pas complète. »


Advenant l'arrestation d'Oussama ben Laden, les autorités pourront déterminer des accusations précises relativement aux accusations du 11 septembre, croit M. Robert. « Il serait alors sans doute accusé de complot en plus d'être considéré comme l'instigateur des attaques », estime-t-il.


Le criminologue américain Jack Litman, avocat en droit pénal, a une tout autre opinion. « Pourquoi, depuis cinq ans, n'a-t-on pas inculpé Ben Laden? C'est une très bonne question, lance-t-il, car on peut inculper quelqu'un qui n'a pas encore été arrêté. » Il cite le président George W. Bush, qui avait indiqué qu'Oussama ben Laden était recherché « mort ou vif ». « Ce que je crois, conclut-il, c'est qu'ils ne veulent pas un procès, ils veulent l'assassiner. »


Hyperlien

Fiche du FBI sur Oussama ben Laden (Nouvelle fenêtre)



* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.