•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un gestionnaire contesté planifiera la construction

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Denis-Bernard Raîche démissionne de la direction d'un centre de santé réputé pour ses problèmes de gestion pour se joindre à l'équipe qui planifiera la construction des mégahôpitaux montréalais.

Démissionnaire de son poste de directeur général du Centre de santé et des services sociaux (CSSS) de Gatineau, Denis-Bernard Raîche se joindra à l'équipe qui planifiera la construction des hôpitaux universitaires de Montréal.

Il travaillera au sein de l'Agence de santé et des services sociaux de Montréal.

M. Raîche quitte, après deux ans à la direction, un organisme aux prises avec de nombreuses difficultés. Les salles d'urgence de la région de Gatineau sont parmi les pires de la province et le CSSS éprouve des problèmes de gestion des finances et du personnel.

Le ministre de la Santé, Philippe Couillard, a ouvertement exprimé son mécontentement face aux difficultés du CSSS de Gatineau. « C'est la seule région où - malgré des investissements considérables, on parle de 46,1 millions [de dollars] de crédits ajoutés en Outaouais comparativement à 1,4 million de la dernière année du gouvernement précédent - les résultats sont encore loin de nos attentes. »

Le système de rendez-vous pour les mammographies, mis en place par l'hôpital de Gatineau, a constitué l'événement déclencheur pour M. Couillard. Le ministre comprend mal qu'on demande aux gens de rappeler le mois prochain lorsqu'il n'y a plus de rendez-vous disponibles. « On a été patient, on a attendu, on a vraiment voulu que l'établissement se relève, a déclaré le ministre Couillard. Mais il fallait poser un geste supplémentaire. »

Ces difficultés ont forcé un comité d'experts à se pencher sur la situation, le printemps dernier. Ils ont émis des recommandations qui sont toutefois demeurées secrètes. Le président du conseil d'administration du CSSS, Jean Bélanger, soutient que le départ de M. Raîche n'est pas lié aux recommandations des experts. Il s'agirait simplement d'une décision professionnelle.

Le président directeur général de l'Agence de santé de l'Outaouais, Roch Martel, affirme lui aussi que le départ de monsieur Raîche n'est pas lié à ses qualités de gestionnaire.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.