•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La calvitie livre un de ses secrets

Radio-Canada

Le processus moléculaire permettant à des cellules embryonnaires de devenir des cellules capillaires est identifié par des chercheurs britanniques.

La perte de cheveux pourra-t-elle bientôt être réversible? Si cette question demeure toujours sans réponse, la recherche réalise des progrès significatifs dans ce domaine.

Des chercheurs britanniques ont identifié le processus moléculaire qui permet à des cellules embryonnaires de devenir des cellules capillaires.

En effet, une équipe de l'Université de Manchester a découvert le « code » qui ordonne aux cellules de produire des cheveux.

Lors de tests, les chercheurs ont transmis ce code à un plus grand nombre de cellules que la normale. Ainsi, des souris ont vu leur pelage se densifier abondamment.

Les scientifiques pensent que ce processus pourrait être reproduit sur des humains.

Au cours du développement humain, les cellules de la peau ont la capacité de se transformer en d'autres types de cellules pour former des follicules capillaires, des glandes sudatoires, des dents ou des ongles.

Denis Headon, l'un des auteurs de l'étude.

De plus, la transformation des cellules en follicules capillaires est déterminée par trois protéines produites par nos gènes.

Les travaux actuels ont établi comment l'une de ces protéines travaillant en dehors des cellules interagit au niveau moléculaire pour déterminer le schéma capillaire de l'individu.

Chez la femme, particulièrement après la ménopause, la perte des cheveux affecte entre 40 et 50 % des femmes.