•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Bloc en deuil

Radio-Canada

Le député bloquiste de Repentigny, Benoît Sauvageau, meurt dans un accident de la route survenu dans sa circonscription. Il laisse dans le deuil sa femme et quatre filles.

Le député bloquiste de Repentigny, Benoît Sauvageau, a perdu la vie dans un accident de la route survenu dans sa circonscription.

Sa voiture, dans laquelle il se trouvait seul, a embouti une remorqueuse en bordure de la rue Notre-Dame, à Repentigny, selon un porte-parole du service de police de la municipalité.

Son décès a été constaté à l'hôpital où des secouristes, répondant à un appel d'urgence reçu en fin d'avant-midi, l'avaient transporté.

M. Sauvageau, 42 ans, était député à la Chambre des communes depuis 1993.

Il était porte-parole officiel du Bloc québécois pour les dossiers touchant le Conseil du Trésor et vice-président du Comité permanent des comptes publics. Il était aussi vice-président de l'Assemblée parlementaire Canada-France.

Il s'était démarqué, par ailleurs, en tant que porte-parole du Bloc québécois en matières de langues officielles, poste qu'il a occupé de 2001 à 2004. C'est lui qui avait, entre autres, fait changer le nom de la « Loi sur l'imputabilité » que préparaient les conservateurs nouvellement élus, cette année, pour celui de « Loi sur la responsabilité », correct en français.

Benoît Sauvageau avait été membre de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie. Il avait été décoré de l'Ordre de la Pléiade.

Il laisse dans le deuil sa femme et quatre filles.

Le Bloc sous le choc

Commentant publiquement la mort de son député, le chef bloquiste Gilles Duceppe est apparu ébranlé par la nouvelle.

« C'est terrible. », a-t-il dit, affirmant que c'était avec stupeur et tristesse que les députés du Bloc québécois accueillaient l'annonce du décès de leur collègue.

Offrant ses condoléances à la famille de M. Sauvageau, M. Duceppe a tenu à souligner la grande valeur et la détermination du député avec qui il travaillait depuis 13 ans.

« Il était respecté, pas seulement dans le camp souverainiste, mais également par les adversaires qui ont toujours reconnu son honnêteté, sa détermination et son sens du combat honnête », a encore dit le chef du Bloc, qui a reçu des appels de la part de collègues et d'adversaires politiques.

Hommages unanimes

Lucien Bouchard, ancien chef du Bloc québécois, a lui aussi présenté publiquement ses condoléances à la famille du député, qu'il a bien connu à Ottawa.

« Il était du premier groupe de députés du Bloc, donc je l'ai très très bien connu », a dit l'ancien premier ministre du Québec, se souvenant d'un homme exerçant avec élégance le travail de député. C'était « un député tel qu'on les souhaite », a résumé M. Bouchard.

« Je pense que tous ceux qui l'ont bien connu [...] se rappelleront d'un homme très convivial, très positif, avec beaucoup de valeur, très près de ses concitoyens. », a-t-il voulu souligner.

D'autres collègues et amis ont aussi fait allusion à son travail exemplaire de député.