•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des infrastructures à protéger

Radio-Canada

Le centre-ville de New York était encore enseveli sous la poussière des défuntes tours du World Trade Center que déjà, des Américains influents accusaient le Canada d'avoir servi de point de passage aux terroristes qui venaient de les frapper.

Des commentateurs de la droite conservatrice enragés contre notre « libéralisme » aux politiciens modérés comme la sénatrice Hillary Clinton, les accusations n'ont pas manqué de fuser en direction d'Ottawa. Il s'est avéré, cependant, que ces accusations, comme bien d'autre chose lors qu'on se penche sur la question du terrorisme, tenaient du mythe.

L'ancien ministre des Transports dans le gouvernement Martin, Jean Lapierre, estimait d'ailleurs, dans une entrevue à La Presse, qu' « une paranoïa s'est installée dans leur esprit », avant d'ajouter que « Déjà, le 11 septembre 2001, il y avait une présomption de négligence de la part du Canada. Cette perception selon laquelle le Canada est une passoire est restée longtemps même si les faits ont démontré que tout s'était passé sur leur territoire. »

Qu'à cela ne tienne, au lendemain des attentats islamistes, le Canada fut forcé, ne serait-ce que pour rassurer ses voisins américains, d'investir des centaines de millions de dollars pour renforcer la sécurité de ses infrastructures.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.