•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveau blâme pour le Dr Fernand Labrie

Radio-Canada

Le conseil d'administration du CHUQ adresse un blâme au directeur de la recherche du Centre de recherche du CHUL, Fernand Labrie. Ce blâme est attribué à la négligence du Dr Labrie dans le dossier du patient Gabriel Lessard, décédé d'un cancer de la prostate en 1998.

Le conseil d'administration du Centre hospitalier universitaire de Québec (CHUQ) blâme le directeur du centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université Laval (CHUL), Fernand Labrie, comme le recommande le Conseil des médecins et dentistes du CHUQ.

Fernand Labrie a aussi déjà encaissé quatre réprimandes du Collège des médecins.

Ce blâme est attribué à la négligence du Dr Labrie dans le dossier de Gabriel Lessard, décédé d'un cancer de la prostate en 1998. Son cancer n'avait pas été détecté par l'équipe de chercheurs dirigée par Fernand Labrie, malgré sa participation à un programme de dépistage.

La décision du CHUQ tombe huit ans après le dépôt d'une plainte, ce qui représente un délai inacceptable, estime le fils de Gabriel Lessard, Alain Lessard.

« C'est trop peu et trop tard et pour nous, une réprimande, c'est une très mince sentence », réagit-il.

Le CHUQ reproche au Dr Labrie d'avoir été négligent, mais sans en révéler les motifs. L'enquête et la décision du Conseil des médecins et dentistes du CHUQ sur lesquels repose le blâme sont confidentielles. Une loi québécoise assure cette protection aux médecins.

Alain Lessard se montre irrité que, malgré ce blâme, le Dr Labrie conserve son poste prestigieux de directeur de la recherche du Centre de recherche du CHUL.

« On se demande où sont passées la responsabilité et l'imputabilité des administrateurs dans un dossier comme ça », dit-il.

Les autorités du CHUQ ont refusé de commenter et d'expliquer leur décision. Le Dr Fernand Labrie n'a pas non plus émis de commentaire.