•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sur les traces de Jacques Cartier

Radio-Canada

Dans la Vieille Capitale, des archéologues mettent au jour les vestiges du premier établissement français, un fort érigé il y a plus de 460 ans par Jacques Cartier et le sieur de Roberval.

Des archéologues ont récemment découvert le premier établissement français en Amérique du Nord dans la Vieille Capitale.

Il s'agit d'un fort érigé par Jacques Cartier et Jean-François de La Rocque de Roberval, entre 1541 et 1543. C'est une des plus importantes découvertes archéologiques des dernières décennies au Québec.

Le gouvernement Charest investira d'ailleurs près de 8 millions de dollars sur trois ans pour des fouilles et la mise en valeur du site historique. « C'est une découverte qui est historique, une découverte qui est majeure pour la Capitale-Nationale, majeure pour le Québec », a affirmé vendredi le ministre responsable de la Capitale-Nationale, Michel Després.

Ces vestiges ont pu être découverts lors de travaux d'inventaire archéologique exécutés sur le promontoire de Cap-Rouge, l'automne dernier, en vue de la construction du belvédère relié à la promenade Samuel-De-Champlain. Des fragments de faïence italienne, des tessons de poterie ainsi que deux séries de datation relevées au Carbone-14 ont permis d'identifier le site, qui a depuis été sécurisé dans le plus grand secret.

Depuis 50 ans, des fouilles avaient révélé quelques traces, mais rien d'assez probant pour confirmer la présence d'un fort.

La Commission de la Capitale-Nationale a reçu le mandat de diriger les fouilles, qui seront menées par les archéologues Yves Chrétien, Richard Fiset et Gilles Samson.

Les travaux s'étaleront sur plusieurs années, mais le chantier devrait être accessible au public en 2008, à l'occasion des célébrations du 400e anniversaire de la fondation de Québec.