•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Carol Montreuil victime d'un attentat

Radio-Canada

C'est bel et bien un engin explosif qui a fait sauter la voiture du vice-président de l'Institut canadien des produits pétroliers, le 3 août. Un groupe avait revendiqué l'attentat en dénonçant les hausses du prix de l'essence.

La Sûreté du Québec confirme que c'est un engin explosif qui a fait sauter la voiture d'un vice-président de l'Institut canadien des produits pétroliers, Carol Montreuil, le 3 août dernier. La voiture de M. Montreuil a explosé devant son domicile de Lorraine, sur la Rive-Nord de Montréal.

L'attentat a été revendiqué par un groupe qui se fait appeler Initiative de résistance internationaliste (IRI). Ce même groupe avait revendiqué la pose d'une bombe sous un pylône d'Hydro-Québec, à Coaticook, en Estrie, en décembre 2004, lors de la visite du président américain George W. Bush en sol canadien.

Au lendemain de l'attentat contre M. Montreuil, un communiqué dénonçait que la population soit réduite à de « dociles consommateurs qu'on vole impunément ». Le groupe faisait ainsi allusion aux nombreuses hausses du prix de l'essence.

Certains experts doutent cependant qu'il s'agisse d'un groupe. Selon Michel Juneau-Katsuya, consultant en sécurité, il s'agit peut-être d'un individu qui agit seul et qui veut masquer ses traces en faisant référence à un groupe.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.