•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Duceppe et Harper critiqués

Radio-Canada

L'ambassadeur d'Israël au Canada fustige Gilles Duceppe pour sa participation à une marche « manifestement anti-israélienne », tandis que le Conseil des relations canado-arabes critique Stephen Harper qui n'envoie aucun membre du gouvernement au Proche-Orient.

La guerre au Liban a des répercussions chez des personnalités politiques au Canada. Gilles Duceppe et Stephen Harper sont tous les deux dans la ligne de mire.

Dans une lettre envoyée le 8 août, l'ambassadeur israélien au Canada, Alan Baker, s'en prend au chef du Bloc québécois. Il dénonce sa participation à une marche qui dénonçait la guerre au Liban. Lors de cette manifestation, qui avait réuni environ 15 000 personnes à Montréal, des gens ont scandé des slogans anti-israéliens et d'autres ont brandi des drapeaux du mouvement chiite libanais Hezbollah.

M. Baker écrit que Gilles Duceppe « a donné l'impression d'offrir son encouragement au Hezbollah, ce qui constitue un triste message à envoyer au peuple d'Israël ».

L'ambassadeur se dit choqué et déçu. Il accuse Gilles Duceppe d'avoir causé des « dommages irréparables ». Selon lui, un parti respecté comme le Bloc québécois ne devrait pas accorder son appui au Hezbollah alors que le Canada, les États-Unis et l'Union européenne l'ont inscrit sur leur liste d'organisations terroristes.

La porte-parole de Gilles Duceppe, Karine Sauvé, a indiqué mardi que le chef du Bloc n'avait pas encore reçu la lettre et que le chef souverainiste à Ottawa n'avait donc aucun commentaire à formuler.

Même s'ils ont eux aussi participé à la marche, le libéral Denis Coderre et le péquiste André Boisclair n'ont pas subi les foudres de M. Baker. Ils ont cependant reçu un appel du consul général d'Israël à Montréal, Marc Attali, qui leur a signifié le mécontentement de l'État hébreu et leur a demandé des explications.

Harper critiqué lui aussi

De son côté, Mazen Chouaib, directeur du Conseil national des relations canado-arabes, ne croit pas les explications du premier ministre Stephen Harper, qui a décidé de ne pas envoyer de membres de son gouvernement à Beyrouth, aujourd'hui, pour des raisons de sécurité.

Selon M. Chouaib, le député conservateur qui devait prendre part au voyage, Dean Del Mastro, préparait déjà son voyage lundi matin. Les deux hommes s'étaient rencontrés afin de le planifier.

Or, à la dernière minute, mardi, il a invoqué des discussions avec le ministère des Affaires étrangères pour annuler le périple au Liban, en Syrie et en Égypte. Les fonctionnaires jugent la situation actuelle trop peu sécuritaire.

M. Chouaib en vient à la conclusion que le gouvernement conservateur « n'a qu'une seule vision du monde » et que ses membres « ne veulent pas que ses députés soient exposés aux autres ». Le député Del Mastro rejette cette accusation « absolument fausse ».

Rappelons que c'est le Conseil national des relations canado-arabes qui organise la mission.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.