•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La paix rassure les marchés

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'entrée en vigueur du cessez-le-feu au Proche-Orient fait chuter le prix du baril de pétrole à son plus bas niveau depuis deux semaines.

Les marchés internationaux ont réagi positivement, lundi, à l'annonce d'un cessez-le-feu au Proche-Orient.

Sur le parquet de New York, le prix du baril de pétrole a diminué de 1,10 $US pour s'établir à 73,25 $US.

Pendant quelques semaines, les spéculateurs ont craint qu'une expansion de la guerre entre l'armée israélienne et le Hezbollah n'influe sur les réserves de pétrole du Moyen-Orient, notamment celles de l'Iran, deuxième exportateur en importance parmi les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole.

Le 14 juillet, deux jours après le début des hostilités, le prix du baril de pétrole brut atteignait 78,40 $US.

Il s'agit d'une deuxième annonce positive en deux semaines concernant le baril de brut. Vendredi dernier, le groupe pétrolier British Petroleum rassurait les spéculateurs en annonçant qu'il entendait maintenir, d'ici quelques semaines, une production de 200 000 barils par jour à son gisement de Prudhoe Bay, en Alaska, malgré des réparations à effectuer sur un de ses oléoducs.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.