•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec est prêt

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement déploie son plan d'urgence en vue d'accueillir les milliers de ressortissants canadiens qui arriveront du Liban par voie aérienne dans les prochains jours à Montréal.

Le Québec a mis en place une imposante structure d'accueil en prévision de l'arrivée, dans les prochains jours, de quelque 8000 ressortissants canadiens fuyant le Liban.

Les détails du plan d'urgence annoncé à Paris par le premier ministre Jean Charest ont été dévoilés en journée à Montréal par la ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Michelle Courchesne, et le ministre du Travail, Laurent Lessard.

Des représentants d'Immigration-Québec seront déployés à l'aéroport Montréal-Trudeau où doivent arriver près d'une trentaine d'avions remplis de ressortissants canadiens afin de fournir une assistante immédiate à ceux qui la réclameraient.

Ces derniers pourront aussi bénéficier sur place des services de psychologues ainsi que d'un centre de services et d'information. Un service de transport sera notamment offert pour raccompagner les ressortissants à leur domicile, sinon chez des amis ou de la famille. Tous ceux ne disposant pas d'un logis seront pris en charge par la Croix-Rouge et hébergés à l'hôtel Hilton de l'aéroport pour un maximum de 72 heures.

Un soutien financier d'urgence sera disponible pour ceux qui seront dans l'impossibilité de subvenir à leurs besoins, pour une période d'un mois. Les citoyens rapatriés, incluant ceux qui n'habitent plus au Canada depuis un certain temps, auront accès dès leur arrivée aux services du réseau de la santé, comme le prévoient les règlements de la Régie de l'assurance-maladie.

Les sommes nécessaires à la bonne conduite du plan d'urgence seront débloquées par Québec au fur et à mesure que les besoins se feront connaître. Un éventuel partage de coûts avec le gouvernement fédéral n'a pas encore été discuté.

« Nous devons être solidaires de ces Québécois qui reviennent à la maison et qui ont besoin d'aide, et nous serons là pour les aider », a dit Jean Charest à Paris, à l'issue d'un entretien avec le président Jacques Chirac. Le président français a proposé son aide au premier ministre afin de faciliter, si besoin était, l'évacuation hors du Liban des ressortissants québécois.

Le premier ministre Charest a estimé par ailleurs que le gouvernement Harper avait fait ce qu'il pouvait pour évacuer les Canadiens, se distinguant ainsi de l'ensemble des chefs des partis d'opposition à Ottawa qui ont tous cloué au pilori l'action des conservateurs.

Le chef du Parti québécois, André Boisclair, a lui aussi déploré la façon dont Stephen Harper a géré jusqu'ici la crise entre Israël et le Liban, mais n'a pas hésité à louer le plan d'urgence du gouvernement Charest.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.