•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Photos-chocs

Des militants antiavortements exhibent des photographies de foetus morts, ce qui soulève de vives réactions de la part du public.

Une exposition de photographies-chocs montrant des foetus morts suscite de vives réactions au Nouveau-Brunswick. Le groupe qui exhibe ces images était présent à Fredericton, lundi, et il sera à Saint-Jean mardi. Ces militants antiavortements considèrent que leurs méthodes ne sont pas extrémistes et que ces images ne font que montrer la réalité.

Rose Mary Connell, membre du groupe ontarien Show the Truth admet que ces photographies grand format de restes de foetus après un avortement n'attirent pas la sympathie du public.

Toutefois, le but visé par Show the Truth est justement de choquer la population. Les militants se déplacent en autobus, de ville en ville, invités par les mouvements antiavortements locaux. Ils s'installent en bordure des routes et de rues très achalandées.

À Fredericton, plus de 200 citoyens ont porté plainte contre eux. Ces images auraient horrifié certains enfants circulant en voiture avec leurs parents.

« C'est la manière d'apprendre pour les gens, surtout pour les jeunes », a indiqué Peter Ryan, président du groupe Droit à la Vie Nouveau-Brunswick.

M. Ryan considère que la vérité sur l'avortement n'est pas belle à voir et il rejette l'accusation d'extrémiste. « L'avortement, c'est extrême. Ces images, c'est la réalité. Ce n'est pas extrême de montrer la réalité », a déclaré Peter Ryan.

En route vers Saint-Jean et Moncton, l'exposition du groupe Show the Truth se dirigera ensuite vers une dizaine de villes de la Nouvelle-Écosse.