•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le rhinocéros noir se serait éteint

Aucun spécimen de la sous-espèce vivant dans cette région du continent africain n'a été recensé lors des 48 dernières missions de repérage.

Le rhinocéros noir d'Afrique de l'Ouest se serait éteint, affirme l'Union mondiale de conservation.

Une mission dans le nord du Cameroun, leur dernier habitat connu, n'a pu permettre d'identifier aucun spécimen de cette sous-espèce.

Sa population avait beaucoup diminué depuis quelques décennies, principalement à cause du braconnage.

Les conservateurs s'inquiètent également d'une autre sous-espèce, le rhinocéros blanc du Nord, dont le nombre a aussi diminué spectaculairement.

Dans l'est et le sud du continent africain, les autres sous-espèces se portent mieux, principalement à cause de mesures rigoureuses de protection.

Pour en arriver à établir la disparition de la sous-espèce, les spécialistes ont parcouru 2500 km et ont effectué 48 missions de repérage. Ils n'ont trouvé aucun signe de passage de rhinocéros noirs, mais ont trouvé beaucoup de restes de l'animal abattu pour l'ivoire de sa corne.

Lors du dernier recensement, en 2002, les conservateurs n'avaient relevé la présence que de 10 bêtes.

Depuis 150 ans, le nombre de rhinocéros, toutes espèces confondues, n'a cessé de décroître partout en Afrique.

En 1895, le rhinocéros blanc du sud avait atteint un creux de 30 spécimens seulement.

Depuis, la reproduction captive et des mesures de protection strictes dans leur milieu naturel ont permis que ce nombre grimpe à 15 000 individus.

Le déclin du rhinocéros noir (toutes sous-espèces confondues) est venu plus tardivement. Son nombre était environ de 100 000 en 1900, et de 2400 en 1995.

Encore là, les mesures de protection ont permis à la population de cet animal de grimper à nouveau pour atteindre 3600 individus à l'heure actuelle.