•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pesticides et la maladie de Parkinson

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des chercheurs américains soutiennent que l'exposition à long terme aux pesticides augmente de 70 % les risques de contracter la maladie de Parkinson.

On sait depuis longtemps que les pesticides sont nocifs pour la santé. Pour la première fois lundi, des scientifiques américains ont établi que les pesticides avaient également un lien avec l'apparition de la maladie de Parkinson.

Selon une équipe du Harvard School of Public Health, l'exposition à long terme aux pesticides, même à petite dose, augmente de 70 % les risques de contracter la maladie de Parkinson.

Les chercheurs en sont venus à cette conclusion après avoir analysé une enquête menée par l'American Cancer Society en 2001 auprès de 143 325 personnes.

De ce nombre, 5200 hommes et 2600 femmes ont signalé avoir été exposés aux pesticides sur de longues périodes.

Les scientifiques ont ensuite comparé les dossiers de ces personnes avec les dossiers de celles qui étaient atteintes de la maladie de Parkinson.

Après avoir analysé leurs conditions de vie et ajusté les facteurs de sexe et d'âge, les scientifiques ont établi que les personnes qui ont été exposées aux pesticides avaient 70 % plus de chance de développer la maladie de Parkinson que celles qui n'y ont pas été exposées.

D'autres études avaient précédemment été menées sur ce sujet, mais leurs résultats n'étaient pas concluants.

Les scientifiques chercheront maintenant à déterminer plus précisément quelles sortes de pesticides sont les plus susceptibles de causer la maladie de Parkinson.

Il n'existe encore aucun remède à la maladie de Parkinson, qui se caractérise par la destruction des cellules du cerveau. Environ 6,3 millions se personnes en sont atteintes dans le monde.

L'étude de l'équipe du Havard School of Public Health paraîtra dans l'édition de juillet de la revue Annals of Neurology.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.