•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Falun Gong ne veut pas quitter les lieux

Radio-Canada

L'organisation avait jusqu'à vendredi pour démolir les panneaux et la guérite de méditation qu'elle a érigés depuis quatre ans à l'entrée du consulat chinois.

L'ultimatum qu'avait imposé la Ville de Vancouver aux membres du groupe Falun Gong est maintenant passé. L'organisation installée devant le consulat chinois avait jusqu'à vendredi pour démolir les panneaux et la guérite de méditation qu'elle a érigés à l'entrée du consulat chinois, mais elle ne l'a pas fait.

Les deux partis considèrent maintenant les options qui s'offrent à eux.

Le porte-parole de la Ville, Tom Timm, dit qu'une rencontre avec les avocats de la Ville est prévue en début de semaine prochaine, afin de voir si des procédures judiciaires seront entamées pour évacuer les protestataires.

L'avocat du Falun Gong, Clive Ansley, dit que ses clients vont respecter un ordre d'évacuation de la Cour, mais il ne croit pas que les tribunaux accorderont ce droit à la Ville.

Le Falun Gong, qui se veut un groupe de méditation, manifeste depuis plus de quatre ans à l'entrée du consulat chinois.

Les membres du Falun Gong se définissent comme des pacifistes, et ils dénoncent la persécution de leurs membres en Chine. Le gouvernement chinois a interdit l'existence de cette secte.