•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gravelbourg perd son dernier élévateur à grain

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le dernier élévateur à grain de Gravelbourg ferme ses portes, forçant les agriculteurs à aller beaucoup plus loin pour vendre et expédier leurs grains. Avec cette fermeture, c'est une page d'histoire qui est tournée.

L'élévateur à grain de Pioneer à Gravelbourg ferme boutique.

C'est la première fois, depuis le début des années 1900, que la ville n'a pas d'élévateur.

Les élévateurs à grains sont un symbole visuel de l'Ouest canadien. Au nombre de 5758 en 1933, ils ont dominé le paysage des prairies pendant plus d'un siècle. Chaque hameau, village et ville s'enorgueillissait de ses rangées de ces élévateurs à grains, preuve de la viabilité économique de la communauté et de la puissance agricole de la région.

Impact économique

En plus de perdre un symbole, la fermeture du dernier élévateur à grain de Gravelbourg pourrait faire mal à l'économie de la ville.

Les agriculteurs devront parcourir de plus longues distances pour aller vendre et expédier leurs grains. Les petits fermiers auront de la difficulté à défrayer les coûts de transport, en raison du prix de l'essence.

L'impact se fait également sentir chez les commerçants qui comptent sur les fermiers de la région.

La Ville de Gravelbourg, elle, perd 7000 $ en taxes municipales, mais surtout doit tourner une page de son histoire.

Reste à savoir ce qu'il adviendra de ce monument historique.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.