•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une fatwa pour la paix

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des représentants de la communauté musulmane chiite livrent un message de l'ayatollah irakien Ali Al-Sistani condamnant toute forme de violence et leur ordonnant de respecter les lois canadiennes.

Des représentants de la communauté musulmane canadienne ont voulu remettre les choses en place, mercredi, à Montréal, en réaction à l'arrestation récente de présumés terroristes dans la région de Toronto.

Lors d'une conférence de presse, des porte-parole issus du mouvement chiite ont voulu rappeler le message de paix véhiculé par l'islam. Pour appuyer leurs dires, ils ont lu une fatwa rédigée par leur guide suprême, l'ayatollah chiite irakien Ali Al-Sistani.

Le représentant du Conseil islamique suprême du Canada, Sayyed Nabil Abbas, a précisé qu'il était interdit pour tout musulman d'agir de façon contraire à ce message.

La fatwa stipule que tout musulman doit agir dans le meilleur intérêt de son pays de résidence, et qu'il doit même contribuer à le protéger. Elle condamne toute forme de violence et demande au gouvernement de prendre des mesures pour punir les crimes, s'il y a lieu, selon ce que prescrit la loi.

L'ayatollah Al-Sistani ordonne aux musulmans canadiens de respecter les lois en vigueur dans leur pays d'accueil, « dans la mesure où les valeurs religieuses ne sont pas bafouées ».

La fatwa indique enfin que les médias ont comme responsabilité de transmettre le message de paix de l'islam.

Un avis juridique

Une fatwa est un avis juridique donné par un spécialiste de la loi religieuse. Ce spécialiste est aussi appelé un mufti. Pour les musulmans, il remplit à la fois des fonctions religieuses, judiciaires et civiles.

La présentatrice de la conférence de presse, Najad Mustapha, a affirmé que les musulmans connaissaient leur marge de manoeuvre et qu'ils vivaient en respectant les lois canadiennes. Mme Mustapha s'est présentée comme une spécialiste des questions d'immigration et de rapport à l'ordre.

D'autres organismes comme le Centre communautaire islamique de Montréal et les Jeunes Libanais musulmans du Canada étaient aussi représentés à cette conférence de presse.

Environ 22 % des musulmans du monde appartiennent au mouvement chiite. La majorité sunnite ne respecte pas nécessairement les avis émis par les autorités chiites.

D'ailleurs, cet édit religieux ne fait pas l'unanimité au sein de la communauté musulmane canadienne. Le fondateur du Congrès musulman canadien, Tarek Fatah, a notamment qualifié de « médiéval » ce type d'intervention, dans une entrevue accordée à la CBC. « Je n'aime pas que des fatwas promulguées à l'étranger gouvernent ma vie ici », a-t-il dit.

17 suspects de terrorisme

Dix-sept personnes, 12 adultes et 5 adolescents, ont été accusées de complot terroriste à la suite d'une importante opération policière en banlieue de Toronto, les 3 et 4 juin derniers. Selon la police, les suspects s'inspiraient de l'idéologie du réseau terroriste Al-Qaïda.

Les suspects ont été interpellés au moment où ils recevaient une commande de trois tonnes de nitrate d'ammonium. Cette substance peut être utilisée pour fabriquer un explosif.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.