•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

100 000 emplois créés

Le taux de chômage s'est établi à 6,1 % en mai, son niveau le plus bas depuis 1974. Ces bonnes données ont immédiatement fait grimper le dollar canadien de plus de 1 ¢US.

Le taux de chômage a baissé de 0,3 point de pourcentage en mai au Canada, pour s'établir à 6,1 %. Il s'agit de son niveau le plus bas depuis décembre 1974.

Statistique Canada explique cette baisse par une forte poussée de l'emploi : 97 000 emplois ont été enregistrés durant cette période, une hausse qui égale celle atteinte en janvier 2002.

Ces bonnes données ont eu pour effet de faire grimper le taux d'emploi à un sommet sans précédent de 63,2 %.

La croissance observée en mai est survenue principalement dans le travail à temps plein, qui a connu un bond de 151 000 emplois. Il s'agit de la plus forte augmentation jamais enregistrée. Cette hausse est due à l'arrivée de mouveaux-venus sur le marché du travail, et a coïncidé avec une diminution du nombre de travailleurs à temps partiel. Les secteurs de la finance, des assurances, de l'immobilier et de la location ainsi que des soins de santé et de l'assistance sociale ont généré plus de 50 000 emplois en mai.

La baisse du taux de chômage a immédiatement eu une incidence sur le dollar canadien. Le huard en en effet augmenté de 1,33 ¢US pour atteindre 90,45 ¢US.

Chômage par province

En Alberta, le taux de chômage se situe 3,4 %. La croissance de l'emploi (+32 000) en mai a fait passer le taux d'emploi à un sommet inégalé de 71,4 %. Selon Statistique Canada, cette hausse est due à l'accroissement de la population, les travailleurs ayant migré dans cette province où la demande de main-d'oeuvre est forte.

Au Québec, le taux de chômage a baissé de 0,4 point de pourcentage en mai, pour se fixer à 7,9 %. Le nombre d'emplois s'est accru de 31 000 au mois de mai.

En Ontario, le taux de chômage a fléchi de 0,3 point pour s'établir à 5,9 %. L'emploi a augmenté de 34 000.

Au Nouveau-Brunswick, le taux de chômage a fléchi de 0,5 point pour s'établir à 8,6 %, le niveau le plus bas jamais atteint dans cette province. Statistique Canada explique toutefois cette diminution par une baisse de la population active plutôt que par une progression de l'emploi.

Terre-Neuve-et-Labrador est encore l'endroit où le taux de chômage est le plus élevé au pays, atteignant 14,8 %.

Statistique Canada souligne également que la vigueur de l'économie a entraîné une hausse du salaire. Ainsi, en mai, le salaire horaire moyen a progressé de 3,8 % par rapport à ce qu'il était 12 mois plus tôt. Il s'agit d'un taux de croissance supérieur à la dernière hausse de l'indice des prix à la consommation, qui a augmenté de 2,4 %.