•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Baisse du prix du pétrole

Radio-Canada

La mort du chef terroriste fait chuter le prix du baril de pétrole de près de 50 ¢US car les analystes estiment qu'elle fera baisser la tension en Irak.

La mort du chef d'Al-Qaïda en Irak, Abou Moussab Al-Zarqaoui, a eu un impact sur le prix du pétrole. Jeudi, le prix du baril a clôturé à 70,35 $US sur le marché new-yorkais. Il s'agit d'une baisse de 47 ¢US par rapport à la fermeture mercredi.

En cours de journée, le prix du baril est même descendu sous les 70 $US, une première en plus de deux semaines. En milieu de matinée, le baril de pétrole se négociait à 69,60 $US.

À Londres, le prix du baril a clôturé à 69,05 $US, une baisse de 14 ¢US par rapport à mercredi. En milieu de journée, il s'est transigé à 68,55 $US.

Les analystes estiment que la mort de Zarqaoui va entraîner une baisse de la tension en Irak. Ils pensent notamment que la mort du chef terroriste entraînera une baisse des attaques contre les puits de pétrole et les sabotages contre les oléoducs.

L'Irak produit présentement quelque deux millions de barils par jour, c'est entre 500 000 et un million de moins que sa production d'avant l'invasion américaine en mars 2003 et le début de l'insurrection.

De plus, la libération de cinq travailleurs sud-coréens au Nigeria a également été bien reçue par les marchés. Cette annonce a contribué à la baisse du prix du baril de brut.

Les marchés sont aussi encouragés par les signes d'un possible dialogue entre les Américains et les Iraniens sur la question de l'enrichissement de l'uranium.

Selon les experts, le prix du pétrole est toute de même gonflé de 10 à 15 $US le baril, une prime de risque liée à la situation en Irak, en Iran et au Nigeria.

Rappelons que le prix du baril de pétrole est d'environ 30 % plus élevé qu'à la même période l'an dernier.