•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Boisclair réclame une commission parlementaire

Radio-Canada

Devant l'intention du ministère de l'Éducation d'omettre certains pans controversés de l'histoire dans le programme au secondaire, le chef du PQ demande l'intervention des députés.

Le chef du Parti québécois, André Boisclair, réclame la tenue d'une commission parlementaire sur la réforme de l'enseignement de l'histoire que le gouvernement Charest veut présenter d'ici juin.

Le mois dernier, un document de travail du ministère de l'Éducation proposait d'omettre du programme d'histoire au secondaire des événements comme le rapatriement unilatéral de la Constitution de 1982 ou la lutte des patriotes. Il voulait établir un programme d'enseignement « moins conflictuel », « moins politique » et davantage « pluriel », soulevant la colère des députés péquistes.

Lors d'un souper-bénéfice tenu lundi soir à Montréal à l'occasion de la Journée nationale des patriotes, M. Boisclair a estimé que les députés devaient étudier le contenu des manuels scolaires.

« Si l'Assemblée nationale est capable de débattre des taxes sur l'essence ou de l'augmentation des permis de conduire, de débattre de la privatisation du parc du Mont-Orford, je pense [qu'elle] a la responsabilité de débattre de l'enseignement de l'histoire », a-t-il dit.

Le chef du PQ a indiqué que cette question serait débattue en Chambre cette semaine. L'opposition demandera de façon formelle que la commission permanente de l'Éducation soit saisie du dossier.

De son côté, l'ancien premier ministre Jacques Parizeau a mis les omissions de ce projet de réforme sur le compte de l'incompétence de ses auteurs. M. Parizeau recevait le prix Louis-Joseph-Papineau au cours de la soirée pour son travail en faveur de la cause souverainiste.

Le fondateur de la maison d'édition Les Intouchables, Michel Brûlé, qui publiait il y a quelques semaines un guide controversé sur la souveraineté à l'intention des enfants, a aussi reçu un hommage.