•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pont-Arnaud et Chute-Garneau cédés pour 1 $

Radio-Canada

Après six années de démarches, Québec accepte de céder à la Ville de Saguenay les barrages de la rivière Chicoutimi. La Ville investira 33 millions de dollars pour y construire deux centrales hydroélectriques.

Pour la somme symbolique de 1 $, la Ville de Saguenay met la main sur les barrages de Pont-Arnaud et de Chute-Garneau de la rivière Chicoutimi.

Le gouvernement du Québec a accordé les droits d'exploitation liés aux forces hydrauliques du domaine de l'État. Saguenay investira 33 millions de dollars pour construire des centrales hydroélectriques au pied des barrages.

À moyen terme, Saguenay prévoit que l'exploitation de ces centrales lui permettra de tirer des revenus nets de trois millions de dollars par année.

Pas de vente à Hydro-Québec

Le ministre des Ressources naturelles et de la Faune, Pierre Corbeil, a surpris tout le monde. Il a annoncé qu'au lieu de vendre l'électricité à Hydro-Québec, Saguenay paiera plutôt les droits hydrauliques au gouvernement et injectera l'énergie provenant des deux centrales dans son propre réseau de distribution.

« Si on est dans l'ordre de grandeur totale des huit mégawatts, il y aura assez d'énergie pour alimenter environ 1600 maisons », a-t-il affirmé.

Le maire Jean Tremblay a estimé que les centrales produiront au total 13 mégawatts et non 8, comme prévu. C'est ce qui permet de tirer des revenus nets d'un million de dollars par année durant la période d'amortissement des centrales et de trois millions par la suite.

Jean Tremblay affirme qu'il ne veut pas que l'exploitation de ces centrales nuise aux riverains du lac Kénogami : « Le niveau du lac Kénogami doit demeurer élevé. Il y a moyen de le faire et de réaliser ces revenus-là. »

Le maire ne sait pas à quel moment les centrales entreront en exploitation. Il croit que chaque mètre cube d'eau qui coule dans la rivière représente des revenus perdus pour la Ville.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.