•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveaux ratés

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dans son rapport annuel, Sheila Fraser indique que l'argent consacré au registre des armes à feu a dépassé les budgets pendant deux années consécutives sans que le Parlement n'en soit informé.

La vérificatrice générale du Canada, Sheila Fraser, a déposé son rapport annuel, mardi, à Ottawa.

Dans le chapitre consacré au registre sur les armes à feu, Mme Fraser indique que le Parlement a été amené à croire, à deux reprises, que les coûts de gestion du registre ne dépassaient pas le budget accordé.

Ainsi, le Centre canadien des armes à feu a reporté des dépenses excessives à un exercice financier suivant, ce qui contrevient aux règles. En 2002-2003, c'est une somme de 39 millions qui a été reportée à l'exercice subséquent, et l'année suivante, c'est un montant de 22 millions.

Lors d'une conférence de presse, Mme Fraser a toutefois admis qu'il s'agissait peut-être de simples erreurs comptables, étant donné qu'elle ne disposait pas de documentation suffisante pour expliquer cette façon de faire du gouvernement.

« Le dépassement d'une allocation est considéré comme quelque chose de très sérieux au gouvernement », a-t-elle tout de même fait valoir. La vérificatrice générale consacre d'ailleurs un chapitre spécial de son rapport à la tendance du gouvernement de ne pas dévoiler toutes les informations au Parlement.

En outre, Mme Fraser souligne la persistance de problèmes majeurs dans le système informatique du registre des armes à feu, dont l'administration annuelle est évaluée à environ 83 millions de dollars.

En 2002, Mme Fraser a révélé que le registre avait coûté plus de un milliard de dollars aux Canadiens, plutôt que les 119 millions prévus lors de sa création, en 1995. Ce dépassement des coûts était principalement attribuable aux problèmes de programmation informatique.

Forces armées: un recrutement inefficace

Quant à la Défense nationale, la vérificatrice générale a relevé que le recrutement des Forces canadienne était inefficace. Seulement 700 des 20 000 recrues ont été entraînées depuis 2002.

Le gouvernement veut ajouter 13 000 militaires aux troupes existantes. Selon Mme Fraser, l'Armée devra donc renouveler sa façon d'attirer et de former les recrues.

La vérificatrice générale a également souligné que la Défense nationale avait payé 39 millions de dollars à une compagnie privée pour la formation de pilotes, mais que peu de militaires l'avaient suivie.

Mme Fraser estime que le ministère de la Défense a fait certains progrès par rapport aux recommandations qu'elle avait formulées en 2002, mais qu'il a encore du travail à faire.

Autres questions

Par ailleurs, la vérificatrice générale a constaté que l'Agence canadienne du Revenu n'arrivait pas à recouvrer les impôts impayés. Selon elle, 18 milliards de dollars d'impôts restent impayés.

Dans le chapitre consacré aux Autochtones, elle souligne que le gouvernement n'a pas tenu ses engagements pour la santé et le bien-être de ces populations.

Enfin, Mme Fraser soutient que le gouvernement fédéral signe trop souvent des contrats de location de bureaux à long terme qui finissent par coûter plus cher au trésor public que si les édifices avaient tout simplement été achetés.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.