•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ayaan Hirsi Ali démissionne

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La députée néerlandaise d'origine somalienne, connue pour ses critiques virulentes de l'islam, est au centre d'une polémique pour avoir menti afin d'obtenir l'asile politique. Elle compte s'exiler aux États-Unis.

La députée néerlandaise d'origine somalienne Ayaan Hirsi Ali, connue pour ses critiques virulentes de l'islam, compte démissionner de son siège pour s'exiler aux États-Unis. Elle a confirmé la nouvelle lors d'une conférence de presse, mardi, à La Haye.

« Aujourd'hui, je quitte mon mandat au Parlement, a-t-elle dit. Je quitte les Pays-Bas. Je vais faire mes bagages, triste et soulagée. »

Depuis la semaine dernière, Mme Ali est au coeur d'une polémique pour avoir menti afin d'obtenir l'asile politique en 1992. Elle a fait cet aveu dans un documentaire diffusé jeudi dernier à la télévision néerlandaise.

Elle a menti sur son identité et sa date de naissance. De plus, d'après des membres de sa famille interrogés dans le film, elle n'aurait jamais été contrainte à un mariage forcé, comme elle l'a prétendu pour obtenir l'asile.

En outre, Mme Ali avait déclaré aux autorités néerlandaises venir directement de Somalie, même si elle était passée par le Kenya et l'Allemagne, où elle aurait dû théoriquement déposer sa demande d'asile.

Toutes ces révélations pourraient la priver de sa nationalité néerlandaise. Mme Ali a indiqué que l'idée de perdre la nationalité néerlandaise la laissait « sans voix ». Toutefois, elle précise avoir entamé ses démarches pour partir aux États-Unis bien avant cette polémique.

Engagée par un « think tank » conservateur

Divers médias néerlandais et américains rapportent que Mme Ali travaillera dès septembre pour l'American Enterprise Institute, un centre de recherche conservateur aux États-Unis. La députée aurait conclu un accord avec les autorités américaines pour assurer sa protection.

Mme Ali se définit comme une « dissidente de l'islam ». Elle critique les enseignements islamiques sur les femmes, les homosexuels, les apostats et les adultères.

Elle a fait l'objet de nombreuses menaces de mort pour ses critiques, comme l'était son ami, le cinéaste Theo Van Gogh, peu avant son assassinat en 2004. Sa participation au documentaire Soumission, de Van Gogh, lui a valu une notoriété internationale.

Sur le cadavre de Van Gogh, l'assassin avait planté une note où il menaçait Ayaan Hirsi Ali de subir le même sort.

Mme Ali, 36 ans, est arrivée en 1992 aux Pays-Bas. Elle a été naturalisée en 1997, puis élue au Parlement en 2003.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.