•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'AIE revoit ses prévisions

Radio-Canada

L'Agence internationale de l'énergie s'attend à une consommation plus faible que prévu en 2006 en raison de la température clémente et de la hausse du prix du carburant.

Dans son rapport mensuel, l'Agence internationale de l'énergie révise à la baisse ses prévisions de croissance de la demande mondiale en pétrole pour cette année.

En raison de la température clémente et de la hausse du prix du carburant, la population mondiale devrait ralentir sa consommation. Les prix du carburant ont fortement augmenté aux États-Unis pour atteindre le niveau enregistré après le passage de l'ouragan Katrina l'été dernier. L'approvisionnement des raffineries en pétrole a été stoppé pendant plusieurs mois à la suite des dégats aux installations pétrolières.

La consommation devrait donc passer à 84,8 millions barils par jour comparativement à 85,1 millions. Cette baisse représente une progression de moins de 2 % par rapport à l'année dernière.

Par ailleurs, l'AIE souligne que la production de pétrole augmente dans le monde principalement grâce aux exportations accrues du Nigeria et de l'Irak.

De plus, le prix du brut est demeuré stable, malgré l'annonce de l'explosion d'un oléoduc au Nigeria vendredi. Les marchés semblent déjà tenir compte des troubles dans ce pays qui est le plus important producteur de pétrole en importance en Afrique. Les marchés ont clôturé en baisse de plus de un dollar en raison notamment d'une prise de profits. À New York, le baril de pétrole a baissé de 1,42 $US pour fermer à 72,04 $US.