•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les dangers du chlore

Radio-Canada

Une étude de l'Université Laval indique que des sous-produits du chlore présents dans l'air et dans l'eau des piscines intérieures sont à l'origine de problèmes respiratoires et oculaires.

Une étude québécoise réalisée par des chercheurs de la Faculté de médecine de l'Université Laval jette un peu plus de lumière sur les effets du chlore, employé dans les piscines intérieures. Selon cette étude, le chlore utilisé pour nous protéger contre les bactéries, virus et parasites engendrerait plusieurs problèmes de santé.

Les chercheurs ont constaté que l'asthme touche presque deux fois plus les nageurs assidus que le reste de la population. De façon plus générale, 40 % des nageurs interrogés signalaient avoir éprouvé des problèmes respiratoires et oculaires pendant la période de la recherche.

Cette situation serait causée par les chloramines, qui se forment dans l'air et dans l'eau au contact des matières organiques de notre corps (sueur, saleté, cheveux, urine, bactéries) avec le chlore.

Or, déplore le médecin Benoît Lévesque de l'Institut national de santé publique du Québec et coauteur de l'étude, il n'existe aucune norme précise au pays qui tienne compte des concentrations de ces sous-produits du chlore dans l'air des piscines intérieures.

Le chercheur précise cependant que la chloration peut être un procédé sécuritaire lorsque le taux de chlore dans l'eau est contrôlé de façon rigoureuse et que la ventilation est adéquate.

Il appelle donc les responsables des piscines à agir en conséquence en attendant l'imposition d'éventuelles normes. Les nageurs se voient quant à eux conseiller une hygiène plus stricte afin de limiter la formation de chloramines.