•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les familles monoparentales: grandes perdantes

Radio-Canada

La mesure promise par les conservateurs avantage surtout les familles à revenus élevés et dont un seul des parents travaille, selon une étude.

La prestation de 1200 $ par enfant promise par le gouvernement Harper laissera beaucoup moins d'argent dans les poches des familles monoparentales que dans celles des familles composées de deux parents. C'est ce que conclut une étude du professeur d'économie à l'UQAM, Ruth Rose.

L'étude a été réalisée à partir des informations déjà annoncées par le gouvernement. C'est à dire: la prestation de 1200 $ par enfant de moins de 6 ans est imposable au fédéral et elle devra être ajoutée au revenu de la personne ayant le plus faible revenu de la famille.

Les grands gagnants sont les familles composées de deux parents dont un seul travaille. Plus ses revenus sont élevés, plus la famille est gagnante. Par exemple, une famille de deux enfants, dont la mère reste à la maison et le père gagne 150 000 $, touchera 2196 $ net sur une prestation de 2400 $. Si Québec impose la prestation, elle touchera 1812 $.

De son côté, une famille monoparentale avec deux enfants et des revenus de 30 000 $ par année n'aura que 629 $ dans ses poches. Si Québec impose l'allocation, elle touchera alors 509 $.

Pourquoi une telle disparité au détriment des plus pauvres? C'est simple. En ajoutant la prestation de 1200 $ par enfant à son revenu, la famille monoparentale à faible revenu perd des avantages fiscaux. Elle perd notamment un supplément qui s'ajoute à la prestation fiscale canadienne pour enfants.

Pourquoi la famille dont un seul des deux parents travaille s'en tire-t-elle mieux? L'allocation de 1200 $ s'ajoute au revenu de la personne qui ne travaille pas puisque c'est elle qui a le plus bas revenu de la famille. Or, cette personne ne paiera pas d'impôt sur la prestation car elle n'a pas de revenu. De plus, l'autre parent qui travaille, lui, touche un crédit d'impôt pour personne à charge.

Plusieurs groupes de pression ont déjà demandé au premier ministre Harper de modifier sa façon de calculer l'allocation de manière à ce qu'elle ne pénalise pas les familles à faibles revenus et les familles monoparentales.

Le Bloc québécois a plutôt proposé au gouvernement d'accorder aux familles un crédit d'impôt remboursable plutôt qu'une allocation de 1200 $ imposable. Ce crédit d'impôt fluctuerait selon le revenu familial. Il serait plus élevé pour les familles à faible revenu et il diminuerait pour les familles à revenu élevé.

Reste à voir ce que fera le gouvernement Harper de toutes ces propositions. Il a promis que l'allocation de 1200 $ fera partie de son budget dévoilé le 2 mai prochain.

En attendant, voici quelques exemples de la valeur nette de la prestation de 1200 $ par enfant pour différents types de famille: