•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fahmy et Charlebois remportent des prix Trillium 2006

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Agonie des dieux, un livre situé dans l'Egypte ancienne et Sweetness in The Belly, qui parle à la première personne de la force salvatrice de la ferveur religieuse comptent parmi les gagnants des prestigieux Prix Trillium.

Les lauréats du plus prestigieux des prix littéraire de l'Ontario, le Prix Trillium, ont été annoncés mardi par la ministre de la Culture, Caroline Di Cocco.

Le prix Trillium pour une oeuvre de langue française a été remis à Jean Mohsen Fahmy pour L'Agonie des dieux, un roman situé dans l'Egypte ancienne et publié aux éditions L'interligne d'Ottawa.

Pour sa part, le Trillium Book Award a été remis à Camilla Gibb pour Sweetness in The Belly, un livre sur la ferveur religieuse, raconté à la première personne, publié chez Doubleday Canada.

Poésie

Le prix Trillium de poésie a été décerné à Éric Charlebois pour Centrifuge, publié aux Éditions David, alors que le Trillium Book Award for Poetry a été remporté par Kevin Connolly pour Drift (House of Anansi Press).

Les lauréats du Prix Trillium reçoivent 20 000 $ chacun et leurs éditeurs reçoivent 2500 $. Les lauréats francophone et anglophone du Prix de poésie Trillium reçoivent 10 000 $ chacun et leurs éditeurs, 2000 $.

Parmi les lauréats précédents figurent Margaret Atwood, Wayson Choy, Thomas King, Michael Ondaatje, Maurice Henri et Michèle Matteau.

Le Trillium Book Award a été créé en 1987 par le gouvernement de l'Ontario qui voulait souligner l'excellence des écrivains de la province, contribuer à leur promotion et sensibiliser le public à la qualité et à la diversité de leurs oeuvres.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.