•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quatre soldats canadiens tués

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'explosion d'une bombe artisanale, à 70 km de Kandahar, fait quatre victimes parmi les militaires canadiens, dont trois sont morts sur le coup. L'identité de la quatrième victime n'a pas été révélée.

Quatre soldats canadiens, dont deux réservistes, ont péri lors de l'explosion d'une bombe artisanale, dans la région de Gumbad, à 70 kilomètres de Kandahar. L'engin, placé en bordure de la route, a explosé au passage de la jeep blindée G-Wagon, qui faisait partie d'un convoi, vers 7h30, heure locale, samedi.

Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière subie par les troupes canadiennes depuis leur déploiement en 2002.

L'armée a ouvert une enquête, mais estime que l'attaque est l'oeuvre de talibans. Ceux-ci, chassés du pouvoir par la force multinationale en 2002, ont d'ailleurs revendiqué l'attentat, précisant que la bombe avait été actionnée à distance.

Trois des militaires sont morts sur le coup. Les Forces canadiennes ont révélé qu'il s'agissait du caporal Matthew Dinning, de Richmond Hill, en Ontario, du bombardier Myles Mansell, de Victoria, en Colombie-Britannique, et du lieutenant William Turner, de Toronto. Le caporal Randy Payne, de Wainright, en Alberta, a succombé à ses blessures à l'hôpital.

Leurs dépouilles seront rapatriées au pays au début de la semaine prochaine.

Par ailleurs, les drapeaux ne sont pas en berne sur les édifices du parlement canadien, à Ottawa. Le gouvernement conservateur a déjà indiqué qu'à l'inverse de son prédécesseur libéral, il ne baisserait plus les drapeaux automatiquement chaque fois qu'un soldat canadien perdait la vie.

Garde rapprochée du brigadier-général

Les quatre hommes tués étaient membres de la garde personnelle du brigadier-général David Fraser, qui commande les forces de la coalition dans la région. Ils rentraient à la base de Kandahar après l'avoir accompagné dans une rencontre avec des villageois, vendredi. Le brigadier-général était rentré la veille par hélicoptère.

L'événement s'est produit dans le district de Shawali Kot, que les Canadiens tentent de stabiliser. Une petite base avancée des Forces canadiennes y est installée.

Le ministre de la Défense nationale, Gordon O'Connor, et le chef d''état-major des Forces canadiennes, le général Rick Hillier, ont présenté leurs condoléances aux familles des soldats, lors d'un point de presse, samedi après-midi.

Le général Hillier a souligné que l'utilisation de véhicules blindés et les tactiques de déplacement ont pour but de réduire les risques. Il a toutefois reconnu que les risques ne pouvaient pas être complètement éliminés.

Quelque 2200 soldats canadiens sont présentement déployés en Afghanistan, principalement dans la province de Kandahar. Cette région, l'une des plus violentes du pays, est souvent le théâtre d'attentats à la bombe et d'attentats-suicides. Un affrontement violent entre des dizaines de talibans et les forces afghanes, soutenues notamment par les troupes canadiennes, a eu lieu la semaine dernière dans cette zone.

Depuis 2002, 15 soldats et un diplomate canadiens ont perdu la vie en Afghanistan.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.