•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'actuel président montré du doigt

D'anciens officiers rwandais accusent le président Paul Kagame d'être responsable de l'attentat qui a déclenché le génocide, révèle une enquête de l'émission Zone Libre.

Le 6 avril 1994, l'attentat contre l'avion du président du Rwanda, Juvenal Habyarimana, déclenchait un des pires génocides du siècle. On s'interroge depuis sur les responsables de cet attentat.

Dans une enquête de l'émission Zone libre, qui sera diffusée vendredi, d'anciens membres du Front patriotique rwandais (FPR) prétendent que l'actuel président du Rwanda, Paul Kagame, avait planifié l'attaque.

Abdul Ruzibiza était agent de renseignements du FPR, le parti de Paul Kagame. Dans son livre Rwanda, l'histoire secrète, il explique en détail comment a été planifié l'attentat qui a déclenché le génocide de 1994.

Il affirme que l'ordre de procéder est venu de M. Kagame lui-même. « Moi, personnellement, mon travail était de faire les reconnaissances de terrain, de la topographie de la ville de Kigali », rapporte-t-il.

Ruzibiza, qui est maintenant réfugié en Norvège, affirme avoir repéré l'endroit d'où les missiles contre l'avion présidentiel auraient été lancés.

Un autre dissident du FPR, Aloys Ruyenzi, vient appuyer cette version. À l'époque, il était garde du corps de Paul Kagame. « Il était là quand l'attentat a été planifié », soutient celui qui vit actuellement caché quelque part en Europe.

En 1996, des enquêteurs de l'ONU ont examiné les circonstances entourant cet attentat. Le Sénégalais Amadou Dème était un d'entre eux. Après avoir lu la description de Ruzibiza, il confirme avoir recueilli les mêmes renseignements.

Mais à l'époque, la procureure du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), la Canadienne Louise Arbour, a demandé qu'on mette fin à cette enquête. Motif: le tribunal considérait que cet attentat ne faisait pas partie de son mandat, qui est de poursuivre les génocidaires. Aucun membre du FPR n'a d'ailleurs été mis en accusation par le TPIR.

Le président Kagame doit effectuer une visite privée au Canada, les 24 et 25 avril prochains.