•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les environnementalistes craignent le report du projet de restauration

Radio-Canada

L'inquiétude des défenseurs de la rivière provient d'une lettre du ministre des Finances, Jeannot Volpé, selon laquelle le budget de l'année en cours ne prévoit aucun fonds pour ce projet.

Les Sentinelles Petitcodiac, un groupe d'environnementalistes, craignent que le projet visant à restaurer le flux de cette rivière du sud-est du Nouveau-Brunswick soit retardé d'un an. L'inquiétude du groupe provient d'une lettre du ministre des Finances, Jeannot Volpé, selon laquelle le budget de l'année en cours ne prévoit aucun fonds pour ce projet.

Les Sentinelles Petitcodiac voulaient savoir si le gouvernement du Nouveau-Brunswick avait prévu dans le budget 2006-2007 des fonds pour donner une suite à l'étude d'impact environnemental qui propose diverses options concernant le pont-chaussée entre Moncton et Riverview.

Le ministre des Finances a confirmé cette semaine l'absence de fonds. Dans sa lettre envoyée au groupe, il explique qu'il n'y a pas de provisions pour le projet dans le budget puisque le ministère de l'Environnement examine toujours le rapport final de l'étude dévoilée l'automne dernier.

Le directeur des Sentinelles, Daniel LeBlanc, espérait que l'on puisse entreprendre au cours des prochains mois des travaux préparatoires à l'ouverture des vannes du pont-chaussée. « Si aucun argent n'est déboursé cette année, on parle de probablement 2008 avant l'ouverture des vannes », a indiqué M. LeBlanc.

Pas nécessairement, rétorque le gouvernement. Dans une déclaration écrite envoyée à Radio-Canada, le sous-ministre de l'Environnement, Hermel Vienneau, souligne que le gouvernement pourrait tout de même agir cette année, une fois qu'il aura pris une décision.

Selon un porte-parole du ministère des Finances, il aurait été difficile de prévoir combien d'argent serait nécessaire avant que cette décision soit prise. Le montant dépendra également de l'issue des discussions entre Fredericton et Ottawa sur le partage des coûts.

Si on parvient à une décision et à une entente avec le gouvernement fédéral au cours des prochains mois, les fonds pourraient provenir de programmes existants dont le financement est déjà garanti.

Aucun thème sélectionné