•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle victime?

Radio-Canada

La Commission des libérations conditionnelles ajourne pour deux mois l'audience de remise en liberté de l'ex-impresario afin que les services correctionnels enquêtent sur une autre présumée victime qui se serait manifestée.

Coup de théâtre, mercredi matin, au Centre fédéral de formation de Laval, où la Commission nationale des libérations conditionnelles entendait la demande de libération de Guy Cloutier.

La Commission a ajourné pour deux mois l'audience de remise en liberté afin que les services correctionnels enquêtent sur une autre présumée victime qui se serait manifestée.

M. Cloutier a donc repris le chemin de sa cellule du centre de détention à sécurité minimale de la montée Saint-François, après une audience écourtée. Selon des témoins, il avait l'air terrassé.

La Commission aurait reçu, mardi soir, au bureau d'Ottawa, un courriel d'une personne qui dit avoir été victime d'agressions sexuelles de l'ancien impresario, en 1974 et 1975. On ignore toutefois si elle était mineure au moment des faits allégués.

Le texte aurait été transmis mercredi matin aux commissaires présidant l'audience de Guy Cloutier, quelques minutes avant son début. Après dix minutes d'audience, un huis clos a été décrété, auquel n'assistait pas M. Cloutier. Il aura par la suite appris la nouvelle, à la levée du huis clos, en même temps que les journalistes et les citoyens présents.

Guy Cloutier a été condamné en décembre 2004 à 42 mois de prison pour avoir agressé sexuellement deux enfants.

M. Cloutier a purgé le tiers de sa peine dans un pénitencier de Laval et devait tenter mercredi matin de convaincre les commissaires qu'il ne représente plus un danger pour la communauté.

Si la libération est refusée, Guy Cloutier devra attendre un an avant de présenter une autre demande. S'il obtient gain de cause, il lui faudra attendre quelques jours avant d'être libéré en raison de procédures administratives. De nouvelles accusations éventuelles viendraient cependant remettre en question tout le processus.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.