•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La SAAQ se justifie

Radio-Canada

Témoignant devant une commission parlementaire, le patron de la Société de l'assurance automobile du Québec soutient que les caisses de la société d'État seront à sec en 2018 si elle ne va pas de l'avant avec les hausses prévues.

Le président-directeur général de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ), John Harbour, a dû expliquer devant une commission parlementaire, à Québec, son intention de hausser le coût des permis de conduire pour un montant global de 300 millions de dollars d'ici 2008.

Plusieurs députés ont exprimé leur désaccord face à cette décision, que la SAAQ juge inévitable.

Répétant les arguments qu'il a invoqués ces dernières semaines dans les médias, M. Harbour a justifié les hausses prévues par des déficits annuels anticipés de 500 millions de dollars.

Selon les projections sur lesquelles se base la SAAQ, les rendements de son fonds d'assurance, géré par la Caisse de dépôt et placement, seront suffisants pour financer le déficit appréhendé pour 2006, mais il s'agirait d'une situation exceptionnelle. « Si on ne fait rien, en 2018, la caisse va être vide », a soutenu le PDG de la SAAQ. Il faut agir le plus rapidement possible, a-t-il ajouté, sans quoi l'augmentation nécessaire deviendra plus importante encore.

Estimant que les usagers de la route ne paient présentement pas assez cher, il est selon lui inutile d'étaler les augmentations. « C'est comme si on sortait d'un gel tarifaire de 21 ans. »

M. Harbour a en outre proposé l'élimination de certaines motocyclettes des routes du Québec parce que l'état des routes et le climat de la province ne permettraient pas à ces véhicules de faire de la vitesse. La proposition a été mal accueillie par les associations de motocyclistes, qui soulignent que les automobiles sport seraient, elles, encore permises sur les routes.

M. Harbour indique que, pour épargner les motocyclistes qui représentent un risque accru, la SAAQ devrait augmenter de 25 $ supplémentaires les permis de tous les autres contributeurs au régime.

Les hausses prévues

Selon la proposition de la SAAQ, le conducteur d'un véhicule de promenade verrait le coût de son permis passer de 86 $ à 147 $ en 2007, puis à 174 $ l'année suivante. Le coût exigé pour une moto sport passerait de 253 $ à 957 $, en 2007, puis à 1332 $, en 2008.

Le PDG a rappelé que la SAAQ détenait les pouvoirs d'augmenter les tarifs pour assurer la pérennité du régime, peu importe ce qu'en disent les politiciens. En 2004, la loi 55 a accordé à la SAAQ une autonomie par rapport au gouvernement pour décréter de son propre chef des hausses nécessaires pour maintenir à flot son régime d'assurance.

Le député péquiste Serge Deslières a déploré que les administrateurs de la société d'État profitent ainsi d'une carte blanche.

La hausse des tarifs à la SAAQ a donné de vifs échanges entre les parlementaires. Les libéraux voudraient qu'on étale les hausses, tandis que les péquistes accusent les libéraux d'avoir floué la population.

Aucun thème sélectionné