•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Découverte d'un manuscrit troublant

Le magazine américain The National Geographic publie la traduction d'un manuscrit ancien, rédigé il y a environ 1700 ans, qui soutiendrait que le disciple Judas n'a pas trahi Jésus.

Si le Vatican croyait que le gros de la tempête provoquée par le Code Da Vinci était maintenant passé, la publication de « l'Évangile selon Judas », jeudi, par le magazine américain The National Geographic, et ce, à quelques jours de Pâques, risque de causer toute une onde de choc dans les couloirs romains.

Ainsi, le document vieux de 1700 ans tendrait à montrer Judas non pas comme le traître qui a vendu Jésus, mais plutôt comme le seul de ses disciples qui a vraiment compris le message que Jésus voulait véhiculer.

Ce document, qui est en fait une traduction d'un texte grec plus vieux encore, a été trouvé à la fin des années 1970 dans les sables égyptiens. Après être passé entre les mains de plusieurs antiquaires, il aboutit dans un coffre de la Citybank de Long Island, près de New York. Il y restera 16 ans, à se détériorer lentement, avant d'en sortir en 2000 et être finalement confié aux experts qui vont replacer une à une les 1000 pièces du puzzle et traduire le texte rédigé en langue copte.

Le récit développé dans ce document commence par montrer Jésus qui, rejoignant ses disciples à la veille de Pâques, se moque d'eux et tente de leur expliquer que la célébration de l'Eucharistie est inutile. Le traducteur du manuscrit, le professeur Rodolphe Kasser, explique que Jésus « voit très bien qu'ils sont trop stupides pour le comprendre, sauf Judas, que les autres détestent, mais que Jésus affectionne particulièrement. »

« Jésus dit à Judas: Tu surpasseras tous les autres. Car tu sacrifieras l'homme qui me sert d'habit », peut-on lire dans ce passage-clef du manuscrit qui laisserait entendre que Judas n'a pas trahi Jésus, mais l'aurait plutôt aidé.

Dans cet Évangile, Judas n'apparaît donc pas comme le traître de Jésus, mais plutôt comme un initié qui, au nom de Jésus, l'aurait dénoncé aux Romains pour la rédemption du monde.