•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle flambée du brut

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les inquiétudes persistantes concernant l'Iran, de même que la crainte d'une pénurie d'essence aux États-Unis, propulsent le baril au-dessus des 67 $US, une première en deux mois.

Les cours du pétrole ont dépassé les 67 $US, jeudi, une première depuis deux mois. À New York, le baril de brut a gagné 70 ¢ pour clôturer à 67,15 $US.

La hausse est notamment attribuable aux inquiétudes géopolitiques persistantes concernant l'Iran, au lendemain de l'adoption d'une déclaration du Conseil de sécurité de l'ONU donnant 30 jours à Téhéran pour suspendre ses activités nucléaires. L'Iran a rejeté cette demande.

Les craintes d'une pénurie d'essence cet été aux États-Unis se font aussi sentir, de même que l'instabilité politique au Nigeria.

À Londres, le baril de Brent a gagné 91 ¢, pour clôturer à 66,46 $US. Les prix ont toutefois atteint jusqu'à 67,30 $US au cours de la séance.

Un impact sur le huard

Outre le pétrole, l'or a également clôturé en hausse de 13,20 $, pour atteindre 591,80 $ sous l'impulsion des fonds de placement, qui souhaitent terminer leur trimestre en beauté.

La faiblesse du dollar américain et la hausse significative des prix de l'or et du pétrole ont permis au dollar canadien de prendre plus de trois quarts de cent à la devise américaine. Le huard a clôturé à 86,16 ¢US.

On est cependant encore loin du sommet de 88,39 ¢US enregistré au début du mois.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.