•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Auberge Hatley part en fumée

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un incendie d'une rare violence a détruit ce joyau architectural. Des travaux effectués à la plomberie seraient à l'origine des flammes.

La luxueuse Auberge Hatley, l'un des rares établissements canadiens à faire partie de la prestigieuse chaîne hôtelière Relais & Châteaux, a été détruite par les flammes lundi.

Les quelque 40 pompiers appelés sur les lieux en début d'après-midi ont tenté de sauver l'endroit, mais en vain. Ils ont rapidement été contraints d'adopter une stratégie défensive en raison de la violence du brasier.

En début de soirée, les pompiers tentaient toujours d'éteindre les flammes, sous le regard consterné de la population de North Hatley et des environs, qui regardait le joyau architectural flamber.

Selon les premières indications, l'incendie serait attribuable à une étincelle qui aurait surgi lors de travaux à la plomberie. Bien que les gicleurs aient vraisemblablement fonctionné, le feu se serait rapidement propagé dans l'entretoit.

L'Auberge Hatley est un établissement de luxe qui accueillait des personnalités des milieux artistiques et politiques. Le président français Jacques Chirac était notamment venu y passer ses vacances en 2003.

Classée 5 étoiles, l'Auberge Hatley a obtenu de nombreuses distinctions au fil des années. La beauté exceptionnelle du site, l'accueil fait aux visiteurs, ainsi que la qualité de sa cuisine et de sa cave à vin ont contribué à établir sa réputation, qui dépassait les frontières du pays.

L'Auberge Hatley, qui appartient au Groupe Germain depuis 2002, abrite 25 chambres. En haute saison, il embauche une soixantaine de personnes. L'établissement a été bâti en 1903 pour servir de résidence privée à la famille Holt.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.