•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un train de banlieue s'ajoute aux projets de Québec

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après le prolongement des autoroutes 25 et 30, Mascouche et Repentigny pourraient être reliés à Montréal par un nouveau train de banlieue, selon La Presse.

Le gouvernement de Jean Charest caresse d'ambitieux projets pour la région montréalaise en matière de transports. Après le prolongement des autoroutes 25 et 30 et l'inauguration prochaine du métro de Laval, le premier ministre a indiqué, dans son discours inaugural, qu'il procéderait à un important investissement dans le transport en commun.

Selon La Presse, cet investissement majeur se matérialiserait par la mise en service d'un train de banlieue reliant Repentigny à Montréal.

Ce projet serait sur les rails depuis longtemps à l'Agence métropolitaine de transports (AMT) et Québec s'apprêterait à siffler le départ. Le projet de 250 à 300 millions emprunterait une voie existante pour relier Mascouche, Repentigny, la station de métro l'Acadie et la gare centrale. Le trajet entre Mascouche et Repentigny pourrait toutefois s'effectuer par autobus.

Le Conseil du trésor approuverait le projet et puiserait les fonds dans le plan triennal d'immobilisation qu'il déposera ce printemps.

Une taxe fédérale à la rescousse

La naissance de ce projet aurait donné lieu à un bras de fer entre l'AMT et le ministère des Transports. Ce dernier aurait tenté d'économiser en utilisant les stations de métro Sauvé ou Du Collège.

L'AMT a de nombreux projet pour améliorer la qualité du transport en commun de la région. Ces projets, qui sont toutefois limités par la disponibilité du matériel roulant, représentent des investissements de 800 millions de dollars.

Une partie de cette sommes pourrait provenir de la taxe fédérale sur l'essence dont les revenus sont transférés à Québec. Cette taxe rapportera quelque 290 millions pour les infrastructures et 300 millions pour le transport en commun au cours des 5 prochaines années.

Le premier ministre s'est également engagé à réaliser les projets déjà annoncés comme le prolongement des autoroutes 25 et 30 en plus de la réfection de la rue Notre-Dame. M. Charest a aussi promis que la construction des nouveaux hôpitaux universitaire serait enclenchée.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.