•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Michael Wilson entre en fonction à Washington

Radio-Canada

Considéré comme un pro-Américain par plusieurs membres du Congrès, le nouvel ambassadeur du Canada aux États-Unis aura à régler plusieurs dossiers difficiles, dont celui du bois d'oeuvre.

Le nouvel ambassadeur canadien aux États-Unis, Michael Wilson, entre officiellement en fonction aujourd'hui. Comme le veut la tradition, M. Wilson présentera ses lettres de créance au président des États-Unis, George W. Bush, à Washington.

Plusieurs analystes voient dans la nomination de Michael Wilson un autre signe de la volonté du premier ministre Stephen Harper de parvenir à un dialogue plus harmonieux avec le voisin du Sud. Plusieurs membres du Congrès perçoivent d'ailleurs M. Wilson comme un pro-Américain.

Les dossiers d'importance ne manqueront pas pour le nouvel ambassadeur. Le litige sur le bois d'oeuvre, le renouvellement du traité de Commandement de défense aérospatiale nord-américain (NORAD), la sécurité aux frontières et la souveraineté du Canada dans l'Arctique sont quelques éléments de ce menu diplomatique.

Quant au bouclier antimissile, Stephen Harper a déjà indiqué que si les Américains présentaient une nouvelle offre, la question serait soumise à un vote libre à la Chambre des communes, avant toute autre négociation.

Négociateur expérimenté

Ancien ministre des Finances du gouvernement conservateur de Brian Mulroney, Michael Wilson a vécu une période où les relations étaient plus cordiales entre Ottawa et Washington, au moment où George Bush père était président. Il a notamment participé aux négociations sur la mise en place de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

En 2003, M. Wilson avait aussi affirmé, dans une entrevue au quotidien The Globe and Mail, que le Canada aurait dû appuyer les efforts de guerre des États-Unis en Irak. Depuis sa nomination, il affirme qu'il s'en tiendra dorénavant aux positions officielles du gouvernement canadien.

Michael Wilson a aussi agi comme ministre du Commerce international, ainsi que de l'Industrie, des Sciences et de la Technologie. Après son retrait de la politique, en 1993, Michael Wilson a occupé le poste de président d'USB Canada, une des plus grandes institutions financières du monde.

Le prédécesseur de M. Wilson, Frank McKenna, avait été nommé il y a à peine un an par le premier ministre Paul Martin. Il a démissionné peu après la défaite des libéraux aux élections du 23 janvier dernier.