•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Michael Wilson entre en fonction à Washington

Radio-Canada

Considéré comme un pro-Américain par plusieurs membres du Congrès, le nouvel ambassadeur du Canada aux États-Unis aura à régler plusieurs dossiers difficiles, dont celui du bois d'oeuvre.

Le nouvel ambassadeur canadien aux États-Unis, Michael Wilson, entre officiellement en fonction aujourd'hui. Comme le veut la tradition, M. Wilson présentera ses lettres de créance au président des États-Unis, George W. Bush, à Washington.

Plusieurs analystes voient dans la nomination de Michael Wilson un autre signe de la volonté du premier ministre Stephen Harper de parvenir à un dialogue plus harmonieux avec le voisin du Sud. Plusieurs membres du Congrès perçoivent d'ailleurs M. Wilson comme un pro-Américain.

Les dossiers d'importance ne manqueront pas pour le nouvel ambassadeur. Le litige sur le bois d'oeuvre, le renouvellement du traité de Commandement de défense aérospatiale nord-américain (NORAD), la sécurité aux frontières et la souveraineté du Canada dans l'Arctique sont quelques éléments de ce menu diplomatique.

Quant au bouclier antimissile, Stephen Harper a déjà indiqué que si les Américains présentaient une nouvelle offre, la question serait soumise à un vote libre à la Chambre des communes, avant toute autre négociation.

Négociateur expérimenté

Ancien ministre des Finances du gouvernement conservateur de Brian Mulroney, Michael Wilson a vécu une période où les relations étaient plus cordiales entre Ottawa et Washington, au moment où George Bush père était président. Il a notamment participé aux négociations sur la mise en place de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

En 2003, M. Wilson avait aussi affirmé, dans une entrevue au quotidien The Globe and Mail, que le Canada aurait dû appuyer les efforts de guerre des États-Unis en Irak. Depuis sa nomination, il affirme qu'il s'en tiendra dorénavant aux positions officielles du gouvernement canadien.

Michael Wilson a aussi agi comme ministre du Commerce international, ainsi que de l'Industrie, des Sciences et de la Technologie. Après son retrait de la politique, en 1993, Michael Wilson a occupé le poste de président d'USB Canada, une des plus grandes institutions financières du monde.

Le prédécesseur de M. Wilson, Frank McKenna, avait été nommé il y a à peine un an par le premier ministre Paul Martin. Il a démissionné peu après la défaite des libéraux aux élections du 23 janvier dernier.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.