•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un chien a bel et bien été cloné

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le scientifique sud-coréen Hwang Woo-suk, dont les travaux sur le clonage d'embryons humains ont sciemment été falsifiés, a bel et bien réussi le clonage d'un chien en 2005.

Tout n'est pas perdu dans le scandale entourant les recherches du chercheur sud-coréen Hwang Woo-suk.

La vérification de ses travaux consacrés au clonage d'un chien montre qu'il a bel et bien réussi cette première scientifique.

Des experts américains de l'Institut national de la Santé (INS) ont mené des tests de comparaison d'ADN validant les résultats d'une précédente étude menée par une commission indépendante sud-coréenne.

L'équipe de l'INS s'est servi du matériel génétique fourni par cette commission pour comparer l'ADN du chien surnommé Snuppy à celui du lévrier afghan cloné.

Les chercheurs ont également analysé le matériel génétique de la chienne porteuse, des chiennes donneuses d'ovules et d'autres chiens de même race.

Ils ont pu prouver une identité parfaite entre Snuppy et Tai, le lévrier cloné.

Snuppy a donc bien été conçu grâce au remplacement du noyau de l'ovule par l'ADN d'une cellule de l'animal cloné.

Le scandale confirmé

La commission d'experts sud-coréenne a conclu le 10 janvier que le chercheur n'avait réalisé aucune percée dans la technologie du clonage, outre celle de Snuppy.

En février 2004, le Dr Hwang Woo-suk affirmait avoir réussi à tirer une seule colonie de cellules souches embryonnaires à partir d'une vingtaine de blastocytes humains formés par clonage en utilisant 242 ovules.

Cette « découverte » du Dr Hwang avait suscité beaucoup d'espoir dans le domaine du clonage thérapeutique.

L'homme de science, véritable héros dans son pays, a dû démissionner en décembre 2005 de son poste à l'université et de ses autres responsabilités.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.