•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La sécurité énergétique serait compromise

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Trois groupes de réflexion canadiens estiment que l'exploitation des sables bitumineux albertains ne vise qu'à accroître les envois de pétrole et de gaz vers les États-Unis, et ce, au détriment de la sécurité énergétique du pays.

Un rapport publié mardi par le Centre canadien de politiques alternatives, l'Institut Parkland et l'Institut Polaris soutient que la mise en valeur des sables bitumineux de l'Athabasca, en Alberta, ne servira qu'à accroître les exportations massives de gaz et de pétrole canadien vers les États-Unis.

Selon les auteurs de ce rapport, le gouvernement Harper doit se hâter de redéfinir la politique énergétique nationale afin d'assurer aux Canadiens un approvisionnement stable en énergie.

Le directeur du Centre canadien de politiques alternatives, Bruce Campbell, déplore que s'il ne reste, selon lui, que pour moins de 10 ans de réserves prouvées de pétrole et de gaz conventionnel au Canada, la majeure partie du pétrole extrait des sables bitumineux albertains est destinée aux États-Unis.

Pour son homologue de l'Institut Polaris, Tony Clarke, Ottawa laisse littéralement le président américain, George W. Bush, et les grandes pétrolières américaines imposer au Canada une politique énergétique.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.