•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Première mondiale canadienne

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un chercheur de Vancouver met au point le premier test sanguin capable de détecter des maladies telles que l'alzheimer, le parkinson et la maladie de la vache folle, rapporte le Vancouver Sun.

Un chercheur de Vancouver a fait une percée importante dans le domaine du dépistage de certaines maladies, rapporte lundi le Vancouver Sun.

Le Dr Neil Cashman, du G.F. Strong Rehabilitation Hospital, a en effet mis au point le premier test sanguin capable de détecter l'alzheimer et d'autres maladies de dégénérescence du cerveau.

Le Dr Cashman, un expert international en maladies neurodégénératives, affirme que son test sera disponible d'ici un an ou deux.

Le test sanguin du Dr Cashman détecte les accumulations de protéines anormales qui révèlent la présence de ces maladies.

L'alzheimer est caractérisé par l'accumulation de protéines amyloïdes dans le cerveau. Elles forment des plaques, dont certains fragments peuvent ensuite se retrouver dans le sang. Le test a pour but de détecter ces fragments qui circulent dans les vaisseaux sanguins.

Présentement, le dépistage de l'alzheimer est complexe et pas toujours fiable. Les médecins doivent en effet se fier à des techniques non biologiques comme les tests cognitifs ou encore les tests de mémoire.

L'analyse élaborée par le Dr Cashman se voudra aussi une alternative aux ponctions lombaires utilisées pour détecter plusieurs maladies dégénératives du cerveau. En plus d'être douloureuses, les ponctions lombaires ont le désavantage de ne pouvoir confirmer à 100 % le diagnostic. On doit en effet attendre que le patient soit mort et qu'une biopsie de son cerveau soit pratiquée.

Outre l'alzheimer, le test pourra également déceler d'autres maladies de dégénérescence du cerveau.

Il pourra ainsi être utilisé pour détecter les protéines infectieuses responsables de l'encéphalopathie spongiforme bovine, la maladie de la vache folle, et sa variante humaine, la maladie de Creutzfeldt-Jakob.

Il pourra aussi détecter le parkinson ainsi que la maladie de Lou Gehrig.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.