•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enfants de plus en plus gros

Radio-Canada

La proportion d'enfants obèses ou en surpoids sévère va doubler dans plusieurs pays d'ici 2010, selon une étude publiée dans la Revue internationale d'obésité pédiatrique.

Le phénomène de l'obésité chez les enfants ne risque pas de s'amenuiser au cours des prochaines années.

Selon une étude publiée lundi dans la Revue internationale d'obésité pédiatrique, la proportion d'enfants obèses ou en surpoids important pourrait même doubler dans plusieurs pays d'ici 2010.

Selon l'étude, environ 28 % des enfants sont en surpoids en Amérique du Nord et en Amérique du Sud. D'ici 2010, cette proportion devrait atteindre les 50 %.

La proportion de cas sévères d'obésité, qui se situe actuellement sous les 10 %, devrait atteindre les 15 % d'ici 2010 en Amérique.

Dans les pays de l'Union européenne, la proportion d'enfants en surpoids devrait passer de 25 % à 38 % d'ici la fin de la décennie.

« Nous avons vraiment une épidémie mondiale qui semble toucher la plupart des pays », s'inquiète le Dr Philip James, président de l'équipe de recherche internationale sur l'obésité.

Le nombre d'enfants obèses ou en surpoids devrait également beaucoup croître d'ici quelques années au Moyen-Orient, en Amérique latine et en Asie du Sud-Est.

Le Mexique, le Chili, le Brésil et l'Égypte affichent déjà des taux comparables à ceux que l'on retrouve dans les pays complètement industrialisés, affirme le Dr James.

Selon les chercheurs, la proportion d'enfants obèses augmente dans tous les pays où les données sont disponibles. Dans certaines régions, comme l'Europe ou le Moyen-Orient, la proportion de cas sévères d'obésité pourrait même doubler d'ici quelques années.

Les chercheurs expliquent ce phénomène par, entre autres, les modes de vie de plus en plus sédentaires ainsi que par la plus grande disponibilité d'aliments vides.

Selon le Dr Phillip Thomas, un chirurgien qui n'est pas lié à l'étude, mais qui travaille avec des enfants obèses à Londres, « c'est la première génération qui aura une espérance de vie plus courte que celle de ses parents. »

Le Dr Brian McCrindle, professeur en pédiatrie à l'hôpital des enfants malades de Toronto, estime qu'il faut agir sans tarder. Il soutient que « la vague d'attaques et de maladies cardiaques pourrait submerger totalement le système public de soins de santé. »

La section Commentaires est fermée

Compte tenu de la nature délicate ou juridique de cet article, nous nous réservons le droit de fermer la section Commentaires. Nous vous invitons à consulter nos conditions d’utilisation. (Nouvelle fenêtre)

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.