•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse du coût dès 2007

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Société de l'assurance automobile du Québec augmentera de 10 $ à 15 $ le coût du permis afin de combler un déficit appréhendé de 500 millions de dollars, selon La Presse.

Les quatre millions d'automobilistes québécois paieront beaucoup plus cher pour leur permis de conduire à compter de l'an prochain, selon les informations obtenues par La Presse. Le conseil d'administration de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) aurait décidé à l'unanimité, jeudi dernier, d'aller de l'avant avec d'importantes hausses de tarifs.

Le permis sera majoré de 10 $ ou 15 $ par an pendant trois ans pour combler un déficit appréhendé de 500 millions de dollars dans le fonds d'assurance de la SAAQ. Un scénario prévoit même une hausse deux fois plus marquée pour 2007, afin de compenser le manque d'augmentation en 2006. La majoration serait encore plus sévère pour les motocyclistes.

La décision de la SAAQ aurait semé un profond malaise au sein du gouvernement. On aimerait bien repousser les hausses après les élections, affirme La Presse.

Mais selon les projections sur lesquelles se base la SAAQ, si les rendements de son fonds seront suffisants pour financer le déficit appréhendé pour 2006, il n'en sera pas de même pour l'année suivante. La Caisse de dépôt et placement (CDP), qui gère ce fonds, a déjà prévenu que les rendements tourneront alors autour de 7 %, plutôt que les 15 % d'abord espérés.

Les hausses pour 2007-2008 ont été soumises à un comité d'experts, tel que prévu par la loi. La loi 55 a octroyé en 2004 à la SAAQ l'autonomie par rapport au gouvernement pour décréter, de son propre chef, les hausses nécessaires pour maintenir à flot son régime d'assurance.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.