•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ipperwash: Mike Harris nie avoir tenu des propos racistes

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'ancien premier ministre de l'Ontario est interrogé par la commission d'enquête chargée de faire la lumière sur la mort d'un autochtone au parc Ipperwash en 1995.

Le témoignage très attendu de l'ancien premier ministre ontarien Mike Harris a débuté aux audiences de la Commission d'enquête sur Ipperwash à Forest.

M. Harris nie avoir tenu des propos méprisants à l'endroit des occupants autochtones du parc Ipperwash en 1995.

Un de ses anciens ministres, Charles Harnick, a pourtant déclaré à la commission avoir entendu Mike Harris demander à un haut gradé de la PPO de sortir ces « fucking Indians » du parc provincial quelques heures avant la fusillade qui a coûté la vie à Dudley George.

Deux autres ministres ont ensuite affirmé ne pas avoir entendu cette phrase.

L'ancien premier ministre conservateur assure qu'il était au courant de la séparation qui existe entre le pouvoir politique et les forces de l'ordre au moment des événements qui ont mené à la mort du manifestant autochtone Dudley George en 1995.

Il a cependant de la difficulté à se remémorer les détails des réunions et des documents remis au Conseil des ministres au moment de l'occupation du parc provincial.

M. Harris a dit qu'il ignorait les revendications des autochtones au sujet du parc Ipperwash, ce qui l'aurait mené à conclure que l'occupation du parc était illégale. Or, ces revendications existaient, mais le gouvernement Harris, qui était en poste depuis 70 jours, n'en avait pas été informé.

Alors que les travaux de la commission se sont fréquemment déroulés dans l'indifférence médiatique, la salle d'audience de Forest est bondée. Une forte présence policière a été dépêchée sur place pour assurer l'ordre. Une centaine de chefs autochtones de partout en Ontario sont présents.

Le frère de la victime, Sam George, est l'un de ceux qui se sont battus pour obtenir la tenue d'une enquête sur les événements de 1995. Il est assis juste en face de la table des témoins pour ne rien manquer du témoignage de l'ancien premier ministre.

Le contre-interrogatoire de Mike Harris se poursuivra au cours des prochains jours.

Mandat de la commission

La commission a pour mandat de faire la lumière sur les événements qui ont mené à la mort de Dudley George, lors de l'occupation du parc provincial Ipperwash par des autochtones. Ces derniers considéraient l'endroit comme un lieu sacré de sépulture. 300 policiers provinciaux ont été dépêchés sur place pour mettre fin à l'occupation du parc par 35 autochtones. George, un occupant sans arme, a été tué par balle le 6 septembre 1995 par un tireur d'élite de la Police provinciale de l'Ontario (PPO).

De nombreuses spéculations circulent quant au rôle joué par le premier ministre Harris dans la décision d'utiliser la force pour déloger les occupants du parc provincial.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.