•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec opte pour la tolérance zéro

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le ministre de la Santé Philippe Couillard lance une vaste campagne de prévention auprès des professionnels de la santé pour accroître leur vigilance face à la pratique de l'excision féminine.

Le ministère québécois de la Santé déploiera au cours des prochaines semaines une importante campagne de prévention contre les mutilations génitales féminines. La campagne lancée mardi par Philippe Couillard s'adresse avant tout aux médecins, infirmières et gestionnaires du réseau de la santé.

Il s'agit notamment de sensibiliser les professionnels du milieu aux séquelles physiques et psychologiques de ces pratiques sur les femmes et les filles qui en sont victimes.

Le ministre Philippe Couillard a rappelé que c'est souvent pour une grossesse que les professionnels de la santé entrent en contact avec des femmes ayant subi une ablation des organes génitaux.

Il a souligné que la pratique de l'excision est illégale en vertu du Code criminel et que sa simple possibilité constitue un motif de signalement à la Direction de la protection de la jeunesse.

Environ deux millions de filles de 4 à 12 ans courent le risque, de par le monde, d'être excisées en raison des pratiques culturelles propres à leur communauté d'appartenance.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.